AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Avis à la population de PN : Une Renaissance du Forum est en cours ! Aux motivés, montrez nous que vous êtes en vie !


• Le Forum
• S'Enregistrer
• Membres
• Groupes
• Profil
• Messagerie
• Galerie
• Rechercher
• Connexion
• Déconnexion

• Un peu d'histoire
• Personnages Disponibles
• Les clans du forum
• Débuter sur PN
• Besoin d'aide?
• Le Scénario du moment


.::Le nouveau Planète Naruto est maintenant en place! N'attendez plus, reprenez le RP! ^^::.



.::Vous pouvez changer vos fiches techniques!::.



.:: Un renouvellement du staff est en cours! Admin: Kuro, Kansen, Akimitsu et Modérateur: Laïre Tai. On cherche toujours des gens motivés! Félicitations aux nouveaux venus dans le Staff!::.



.::Marre de la trame historique pourrie de Kishimoto, on déménage notre contexte de RP pour moins d'embrouilles scénarisitiques! Les scans vous décoivent? Rejoignez nous! Vous profiterez de l'univers du monde Naruto sans les aberrations de son auteur!::.



.::Ninjutsu mis à jour, renseignez vous avant de refaire vos fiches!::.



.::RP: Hisoka no Shigai - L'Île Secrète est ouverte au RP interfactions! Une zone nomade ouverte à tous!::.



.::Toujours plus de scénaristes et de scénarios pour vous satisfaire!::.



.::34 000 messages! Merci!::.



L'histoire originale du jeu de rôle du quatrième âge de la terre du milieu
Tchat Blablaland
Le couteau suisse du montage photo
Runes Of Magic
Tchat Blablaland


Design 2009© by Tsunade

Les idées présentes sur Planète Naruto sont la propriété pleine et entière de leurs auteurs respectifs. Tout plagiat, partiel ou total, de quelque nature qu'il soit fera l'objet de plaintes et sanctions.

Partagez | 
 

 Appartement de Reira

Aller en bas 
AuteurMessage
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Appartement de Reira   Dim 19 Aoû - 21:35

Des cartons. Une montagne de cartons. Une vue complètement obscurcie par des cartons >_<... Je venais juste d'emménager et je n'avais pas encore eu le courage de les défaire. Et comme je n'avais jamais eu de don pour le rangement, tout était sens dessus dessous... En ouvrant un des cartons de l'entrée, je pouvais trouver du savon juste à côté d'un grille-pain, surmonté lui-même par quelques chiffons, devant servir au départ pour le ménage Rolling Eyes ... Pff, j'étais pas sortie de l'auberge ! Epuisée à l'avance, je quittais l'entrée pour passer dans le salon, juste à droite. Au moins ici, il y avait un canapé qui n'était pas encombré de cartons... C'était peut être le seul endroit de mon appartement qui ne le soit pas : que ce soit sur mon lit dans la pièce juste en face du salon, et qui me servait de chambre ou sur la table de la cuisine, tout était recouvert par des boîtes de carton...

Et pourtant, je me devais de tous les ouvrir, un par un et d'en ranger tous les contenus. Il y avait de quoi se désespérer ! J'aurais du écouter ma mère... J'aurais du laisser quelques affaires chez eux, j'aurais eu moins de travail. Mais je m'étais opposée dès le départ à cet arrangement et elle n'avait plus rien dit. Je voulais toutes mes affaires pour moi toute seule !! ... Un de ces quatre, il faudrait que j'écoute son avis quand même Rolling Eyes ...
Et tout en me remémorant l'aventure qu'avait été mon emménagement dans cet appartement, MON appart, je fixais le monstrueux travail qui m'attendait. J'étais vraiment obligée de faire ça maintenant ? Une petite sieste, après tout, ce n'était pas si long ! J'aurais tout le temps, après une minuscule demi-heure de repos, de ranger tout ça ! Ca ne pouvait pas me faire de mal ^^ !


~~~


La jeune femme satisfaite par ce mauvais raisonnement, s'allongea donc confortablement sur son tout nouveau canapé et ferma les yeux avec délectation. Rien de mieux qu'une bonne sieste au lieu de travailler Razz !! Petit à petit, une douce torpeur s'empara d'elle et Reira bascula dans le monde des rêves... Le chantier de son appartement disparut alors pour laisser place à un somptueux paysage, digne d'un véritable paradis. Sa première sensation fut celle du froid : la jeune femme avait les pieds qui baignaient dans une eau claire et fraîche, virevoltant de pierres en pierres, pour finalement se retrouver vers le milieu de la rivière. Le courant paraissait être assez léger, mais mieux valait pour elle de ne pas entrer dans l'eau.

Reira se releva alors et fut émerveillée par le spectacle qui l'entourait : de vastes collines vertes enveloppait tendrement le fleuve, comme les bras d'une mère envers son enfant, les arbres étaient tous fleuris et les pitis oiseaux chantaient leur contentement... Et l'aspect le plus admirable de cet endroit idyllique : la brume. Elle enveloppait tout. Ce n'était pas la petite brume qu'on aperçoit rapidement le matin, c'était une belle grande brume qui masquait complètement le lointain. Reira en eut la larme à l'oeil. Elle avait toujours adoré la brume de Kiri, mais celle-ci était incomparable ! Ca y est. Elle avait trouvé son paradis. Un paradis rien qu'à elle ! Le coeur aussi léger qu'une plume, elle quitta son perchoir au milieu de la rivière et rejoint la terre ferme. Même l'odeur était différente ici. Une odeur agréable mais totalement inconnue... Reira n'avait pas l'habitude de respirer la senteur de l'herbe fraîche, en fait ^^. Elle ne connaissait que les embruns de la mer, qui ne lui manquaient pas tellement en ce moment précis. Elle ne remarquait même pas que sa main gauche la titillait. C'était comme si l'on chatouillait sa marque pendant des heures... Une drôle de sensation et qui n'était vraiment pas habituelle non plus...

Reira aurait pu rester ici indéfiniment. Pourtant, elle sentait que "quelque chose" l'appelait, là-bas, derrière la brume. Elle s'arracha donc à regret de la contemplation de son paradis, remonta tranquillement le fleuve et se dirigea ainsi vers cet endroit encore dissimulé par la brume, sa curiosité bouillonant à plein régime... Pendant encore de longues minutes, Reira garda son admiration enfantine sans borne, sans même réfléchir à ce qu'elle faisait ici. Elle pensait naïvement qu'elle était juste arrivée au Paradis. Mais peu à peu, son cerveau se remit en marche ( Razz ).


- Mais... Je n'étais pas dans mon appart ya pas 10 minutes ?! Je ne devrais pas être là, logiquement Shocked ! Pourquoi alors ... ? chuchota t-elle pour elle-même.

Et pendant qu'elle avançait vers son but, quelques souvenirs lui revinrent en mémoire : les cartons, la fatigue, la sieste... C'est vrai, elle s'était endormie. Alors... C'était juste un rêve ? Un joli petit rêve ? La déception de Reira fut immense : ce petit Paradis, son Paradis, n'était finalement qu'un rêve ! Elle était alors tentée de s'arrêter là et de cesser ce rêve stupide, juste pour lui prouver (si si au Rêve Razz !) que c'était ELLE qui décidait de tout !! Malgré tout, elle ressentait toujours cette attirance pour ce qui se cachait derrière la brume. Elle voulait à tout prix savoir. Et elle n'était pas la seule : sa marque avait aussi l'air de s'impatienter. Elle ne la titillait plus, elle frétillait presque Suspect ...

~~~


Je me décidais donc à avancer. Je voulais absolument savoir ce que dissimulait ma chère brume ! Impatiente, je courrais presque à travers cette masse sombre, lorsqu'elle se décida à s'éclaircir, dévoilant ainsi une gigantesque cascade. Le son des chutes d'eau aurait du me faire comprendre ce que j'allais voir mais je n'y avais pas fait attention, et à présent, j'étais bien trop impressionnée pour émettre le moindre son ! C'était tout simplement magnifique...


* Tiens, des silhouettes Shocked ! Mais... Qu'est ce qu'elles font là ? Dans MON rêve ?? Et en plus, je ne crois pas les connaître... Non, cette fille aux cheveux noirs, je ne l'ai jamais vue Suspect ... Mais, qu'est ce qu'elle fait ?? Elle va droit dans la cascade !! Attends !! Tu vas te noy... Bah, disparue O_o ! Elle a disparue la fille !! *

Complètement éberluée, Reira continua pourtant son chemin et les surprises ne s'arrêtèrent pas là : elle n'était vraiment pas toute seule à se diriger vers la cascade. Il y en avait beaucoup d'autres ! Et aucun qu'elle ne (re)connaissait Suspect ... De plus en plus étrange... Reira commençait à douter que ce rêve en fut vraiment un... Elle n'avait jamais rêvé d'un endroit aussi étrange et surtout, avec autant de personnes qu'elle n'avait jamais vu... L'appel était pourtant de plus en plus fort, elle ne pouvait s'y soustraire. Elle pénétra donc, à son tour, sous la cascade. Son regard découvrit alors un drôle de couloir sombre, dont on ne voyait pas le bout. Reira voulut aussitôt repartir mais son corps s'avança à travers la pierre, comme à la recherche de quelque chose. Il finit par le trouver et la jeune femme s'installa à côté de plusieurs autres personnes.

C'étaient même des ninjas. Ils portaient pratiquement tous un bandeau frontal et ça se voyait qu'ils savaient se battre... Kumo, un homme aux cheveux rouges, un autre châtain et un dernier aux cheveux longs et noirs... Ce village semblait contenir d'étranges énergumènes... En particulier le type aux cheveux roux, il dégageait quelque chose de bizarre. Reira n'eut pas le temps de s'y attarder, elle vit alors la jeune femme qu'elle suivait tout à l'heure. Elle était bel et bien en vie et venait de Suna, à première vue... Il paraissait que les ninjas de Suna n'étaent pas très tendres... Son regard tomba alors sur un bandeau bien plus rassurant : celui de Kiri I love you !! C'était un Kirien lui aussi ^^ ? Il fallait donc qu'elle grave bien son image dans son esprit ! Ce ne serait pas difficile : un beau gosse aux cheveux bleu-acier, ça ne courrait pas les rues Razz !! Ils étaient donc douze dans cette pièce. Tous regroupés en cercle devant un symbole bien connu, celui du Ying et du Yang, de la parfaite égalité...

Reira s'apprêtait à sourire, lorsqu'une intense douleur la força à se courber littéralement en deux ! Son dos était tout à coup comme transpercé par des milliers de lames !! La main sur son tatouage, Reira hurlait de douleur. Mais qu'est ce qui se passait ??? Pourquoi est ce que ce satané dessin la faisait tant souffrir ??? Elle n'avait plus qu'une seule envie : s'arracher ce qu'il lui restait de peau pour atténuer la douleur !!! Elle criait de douleur mais une voix parvint pourtant clairement à ses oreilles : une étrange musique l'accompagnait alors. Ca avait l'air d'être important mais Reira s'en fichait complètement ! Tout ce qu'elle voulait, c'était arrêter de souffrir !!


« Une fois… Une fois encore, levons-nous ! L’Aube se dessine au loin… Mais il n’y aura pas de… »

~~~


Ces paroles s'incrustèrent cependant dans son esprit, elles ne la quitteraient plus jamais... Reira se réveilla alors d'un seul coup, et en sueur, mais le bas de son dos et sa main la faisaient encore tellement souffrir, qu'elle n'eut aucune autre pensée que de se précipiter sous la douche ! Elle vola donc plus qu'elle ne courra vers la salle de bain, et au moment où elle ouvrait le robinet, rien... L'eau n'avait pas encore été installée... Reira pleurait de douleur, il lui fallait quelque chose !! N'importe quoi mais du froid !!!!! Elle se rappela alors en un éclair de la gentille attention des précédents propriétaires : ils avaient laissé des glaçons dans le frigo !! Elle l'avait à peine pensé qu'elle ouvrait déjà la boîte de sa délivrance. Elle attrapa rapidement une poignée de glaçons et appliqua le tout sur son tatouage. La petite chèvre écarlate retrouva alors peu à peu sa couleur normale, laissant les glaçons partir en fumée. Lorsque Reira eut calmé sa douleur avec tous les morceaux de glace qu'elle possédait, elle put reprendre son souffle.

* Mais... Qu'est ce que c'était que ce rêve étrange ?? Ca avait l'air tellement vrai, j'avais tellement mal... Ce ne pouvait pas être un simple rêve ! Et toutes ces personnes, non, ce n'était pas qu'une illusion. Ca doit exister quelque part. Cet endroit et ces gens doivent exister. *

C'était une certitude. Et à partir de ce moment-là, je me fis la promesse de retrouver ces personnes et cet endroit. Et je la réaliserai ! je n'avais aucun doute à ce sujet... Je n'avais plus qu'à commencer par le ninja de Kiri ^^ ! Il en saurait peut être un peu plus que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 23 Aoû - 20:31

Très bon rêve ! 12 xp pour toi ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Ven 21 Déc - 22:35

[Hrp : RP se situant juste après l'épisode de l'hôpital et avant la mission des tartes et du port ^^.]


La porte s'ouvrit d'un seul coup. Un corps était étendu sur le sol, derrière elle, se maintenant plus ou moins avec la poignée. Reira venait juste de rentrer de son stage à l'hôpital, pour devenir medical-nin. Elle s'était quasiment traînée sur le sol pendant tout le trajet. Dire qu'elle n'en pouvait vraiment plus, c'était un doux euphémisme. Elle avait failli mourir des milliers de fois, elle ne s'en était sortie que grâce à sa volonté et encore, à quel prix... Jamais elle n'avait autant souffert. Jamais elle n'avait eu à encaisser autant de douleur, sans même pouvoir s'enfuir. Jamais elle n'avait eu autant envie de mourir et de vivre à la fois. Jamais elle n'avait dût se forcer à affronter quelque chose, plutôt que d'y échapper. Elle aurait pût en tirer quelque chose de cet épisode, de cette torture. Elle aurait pût... Mais non. Elle en resterait traumatisée à vie. Ces deux longues journées d'intense souffrance resteraient à jamais gravées dans sa mémoire. Si jamais elle se retrouvait à nouveau dans cette situation... Elle ne savait même pas comment elle réagirait.

Mais pour l'instant, ce n'était vraiment pas ce qui lui occupait l'esprit. Elle franchissait enfin le seuil de son appartement, en rampant sur le sol tel un ver de terre, tellement elle se trouvait dans un état critique. Utilisant pour la dernière fois toute la volonté dont elle était capable, elle se remit debout, ferma la porte de son domicile et rejoignit son canapé, bien plus proche de l'entrée que sa chambre. Elle s'y écroula. Complètement affalée sur le sofa, les membres partant dans tous les sens et donnant l'impression d'une poupée disloquée, Reira sombra aussitôt dans le plus profond des sommeils. Un sommeil dépourvu de rêves. Voilà plus de 55 heures qu'elle n'avait pas dormi, c'était plutôt logique O_O ! Entre ces 48 heures de souffrance et le temps écoulé depuis sa dernière nuit... C'était un résultat affolant.

La petite poupée de Kiri dormait profondément sur son canapé. Son aspect était assez inquiétant aussi, sa mère en serait tombée dans les pommes même... Une peau extrêmement pâle, presque translucide, des yeux cernés au possible, des veines ressortant nettement et de beaux equimoses éparpillés sur tout son corps. Joli résultat, vraiment. Si elle ne revenait pas de l'hôpital de Kiri, on aurait cru qu'elle était tombée entre les mains de ninjas d'un village adverse, et particulièrement sadique... Et pourtant non, c'était ce "cher village de Kiri" qui l'avait fait tant souffrir... Sympathique, cette affection kirienne envers ses propres ninjas ^^'... Ca donne vraiment envie d'y rester...


Le brouillard se levait. Ma tête devenait de moins en moins lourde, mes yeux se rouvraient tout doucement : je me réveillais. La réalité m'assaillit aussitôt. J'avais mal. J'avais faim. J'avais soif. J'avais toujours aussi peur... Et je ne savais plus pourquoi. Mais alors que je me relevais tout doucement de ce canapé, la mémoire me revint : l'hôpital, les informations que j'avais dû apprendre, les malades, la Torture... Tout me revenait. Et surtout l'horreur. La souffrance que j'avais dû endurer, je ne pourrais plus l'oublier. Je me mis soudainement à trembler, la chose que j'aurais voulu pouvoir faire lorsque j'étais retenue par ces maudits câbles... Je ne réalisais qu'après coup l'horreur que j'avais dû subir : même lorsque je transcrivais ce que j'avais vécu en mots, cela me paraissait absolument monstrueux. Alors à vivre... Je le savais mieux que personne maintenant, les mots sont faibles par rapport à la souffrance !

Je ne voulais plus y penser. Je voulais passer à autre chose, aussi difficile que ce soit. Oui, penser à autre chose. Comme, comme, comme... Comme manger ! Mais oui, je mourrais de faim et de soif ! Cela faisait combien de temps que je n'avais pas assouvi ces besoins vitaux, après tout ?! Je ne le savais pas. Plusieurs jours en tout cas ^^'. Je me précipitais donc vers la cuisine, ou du moins comme me le permettait mes pauvres jambes affaiblies. Ce long sommeil, digne de la Belle au Bois Dormant, m'avait permis de recouvrer de la force, mais il ne fallait rien exagérer, j'étais encore très faible...


[HRP : 2 Jours de repos total : 14 (+ en force) => 15*2 = 30 PV récupérés et 8 (+3 en endurance) => 11*2 = 22 PC récupérés]


Dernière édition par le Jeu 3 Jan - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Dim 23 Déc - 0:46

La jeune zombie se dirigeait à pas lourd vers le réfrégirateur, mangeeeeeeeeer ! Elle devait mangeeeeeeeer ! Les bras tendus loin devant elle, les yeux brillants d'un instinct de survie, Reira avançait vers l'objet de son ventre avec un désir non dissimulé. L'ouvrant d'un seul coup, ses yeux gris brillèrent davantage lorsqu'elle découvrit qu'elle n'avait pas oublié de faire les courses avant de partir pour l'hôpital. Grand bien lui en fasse ! A présent, elle pouvait se jeter sur cette fabuleuse nourriture, sans arrières-pensées ni même pensées d'ailleurs : certains plats auraient nécessité d'être cuits avant d'être mangés... Pour l'heure, il n'y avait plus rien qui comptait sauf manger. Manger, boire, manger et encore boire. Lorsque toutes ses provisions furent mises à sac, sa cuisine devenue une véritable porcherie et sa faim et sa soif rassasiées, la Juunin retrouva ses esprits et se rendit compte de ce qu'elle venait de faire. Elle aurait beaucoup de ménage à faire ensuite... Mais pas maintenant. L'heure était au repos.

La jeune femme se traîna jusqu'à sa chambre, déborda son lit et s'y engouffra dedans, comme on se jette sur un pot de Nutella lorsqu'on porte le tendre nom de Tsunade Wink. Morphée reprit aussitôt la Chèvre entre ses bras et veilla sur elle pendant encore de longues heures, le temps que son amante récupère toutes ses forces. Et le lendemain matin, lorsqu'Apollon illumina le visage de porcelaine de la Kirienne, Reira se réveilla. Peu à peu, mais sûrement. Elle avait enfin récupéré assez de forces pour se tenir debout. L'hôpital... Sa formation de medical-nin... Jamais elle ne l'oublierait. Jamais elle n'oublierait cette torture ! Comment un village pouvait-il faire subir volontairement autant de souffrances à l'une des leurs ? A l'une des ninjas les plus reconnaissantes envers son village de l'avoir élevée ? Comment pouvaient-ils ?! Une certitude venait de s'effondrer, entraînant avec elle toute une réflexion plus ou moins patriotique. Voulait-elle réellement rester dans un village aussi ingrat et aussi dangereux ? La question resta sans réponse pour l'instant : elle devait ranger son appartement maintenant...


Et pendant que je remettais chaque chose à sa place, j'osais enfin réenvisager l'avenir. Qu'allais-je faire maintenant que j'étais medical-nin ? Revoir Mia et Wazz d'abord, évidemment. Surtout Mia, elle était dans un sale état la dernière fois que je l'ai vue. Quoiqu'elle avait besoin de repos, elle aussi. Et d'être tranquille avec sa famille pendant quelques temps ! J'irais la voir plus tard. Le plus urgent à présent, c'était d'envisager ce que j'allais faire en tant que ninja. J'avais grandement besoin de me remettre en jambes ! Je ne savais pas depuis combien de temps j'avais été coupée du monde, entre ce passage à l'hôpital et le temps qu'il m'a fallu pour récupérer, mais une chose était sûre : j'avais besoin de bouger et de voir du monde. Et pour cela, rien de tel qu'une minuscule mission de rang D ! Qu'est-ce que je risquais avec un rang de mission pareil, hein ? De me casser un ongle à la limite ^^ ! Ma décision était prise : je reprendrais bientôt le cours de ma vie de ninja que je n'avais que trop délaissée jusque là. Après ce que je venais de vivre, ce n'était pas ce genre de choses qui pouvaient m'inquiéter.

La cuisine une fois rangée, je passais au salon où de petites tâches de sang sillonnaient entre les meubles et sur le salon. Je n'avais plus qu'à nettoyer. Mon regard s'attarda alors sur mon sac de mission : il ne contenait rien de plus que quelques kunaïs, de l'argent et un drôle de parchemin. Un parchemin qui allait me servir d'apprentissage pour une technique, à ce que l'on m'avait dit dans ma relative inconscience. Ce serait intéressant d'en avoir plusieurs de ce type à ma disposition ! J'étais curieuse de voir ce que je pouvais en faire. Une autre décision de prise : je passerais au magasin, après avoir avoir reçu ma paye pour la mission que j'aurais effectuée. Décidemment, j'avais changé. Moi qui auparavant, hésitais toujours longuement sur ce que je devais faire, ayant peur qu'une mauvaise chose surgisse devant moi si jamais je me trompais, voilà que je me mettais à prendre des décisions rapides. Sans importance certes, mais rapides. Et ça, c'était un véritable bouleversement pour la jeune femme que j'étais, et c'était un changement positif pour une fois !

J'avais fini mon petit rangement, mais la brume se levait. Dommage. Je n'aurais pas le loisir de la contempler ce matin, cette jolie brume. Je me promis alors d'aller l'admirer un peu plus tard sur le port, lorsque j'aurais accompli toutes mes projets à court terme. J'avais changé.


[C'est ce qui s'appelle un parcours fléché Razz !
2 Jours de repos total : 14 (+1 en force) => 15*2 = 30 PV récupérés et 8 (+3 en endurance) => 11*2 = 22 PC récupérés]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 30 Avr - 17:30

La porte s'ouvrit, des sacs traversèrent la pièce par la voie des airs. Pouf, sur la table. Un peu plus et le dernier des sacs serait tombé à terre. Mais la Juunin avait pris l'habitude de jeter ses courses dès qu'elle rentrait dans son appartement, elle avait acquis la technique et la force nécessaire. La jeune femme franchit alors le seuil de son petit "chez elle" et fixa avec désespoir la montagne de travail qui l'attendait encore, sur sa table de cuisine. Elle détestait devoir encore faire ça. Pourquoi les ninjas étaient encore obligés d'effectuer ce genre de corvées ?! Avec toutes leurs nouvelles technologies, pourquoi n'étaient-ils pas foutus de trouver un moyen pour que les courses se fassent toutes seules ?! Mais bien sûr, ce n'était pas dans leurs priorités d'améliorer la vie des petites gens... Alors en attendant, Reira était obligée de faire ses petites courses toute seule, de rentrer toute seule, de les ranger toute seule et de s'installer ensuite sur le canapé, encore et toujours toute seule.

Sa solitude commençait vraiment à lui peser. Voilà des semaines que c'était la même routine, des semaines qu'elle ne voyait personne mis à part la caissière de la supérette. A croire que tous les Kiriens l'avaient oubliée... Ce qui était peut être le cas. Il faut dire qu'à part sa beauté, la Kirienne n'avait rien de spécial pour marquer les esprits. Elle était gentille, oui. Mais c'est tout. Et à Kiri, cette qualité était particulièrement rare puisque peu reconnue. Reira passait pour ainsi dire inaperçue. Même Mia et Wazzdaka semblaient l'avoir oubliée. Elle devait s'y faire. Et tandis que la jeune femme se faisait ces réflexions pour le moins déprimantes, ses provisions se rangeaient petit à petit dans les placards. Il ne resta à la fin que les quelques ingrédients que la Juunin avait acheté pour faire une expérience... Cela faisait pourtant un moment qu'elle voulait essayer de la réaliser.

Elle avait vu un artisan le faire pendant son enfance, elle avait toujours voulu réussir à en faire autant. Créer quelque chose à partir de ses mains. Et elle, ce qui l'intéressait plus que tout, c'était le poison. En tant que médical-nin, cela la passionnait déjà. Elle devait alors se contenter de le soigner, mais elle avait toujours eu l'envie de le créer aussi et de l'utiliser. On dénigrait toujours ces petites fioles dans le domaine ninja, comme si les poisons ne servaient qu'aux ninjas faibles, ne sachant pas combattre par eux-mêmes. La Kunoichi savait très bien qu'il n'en était rien : l'art de se battre aux côtés des poisons était un art en soi. En tant que guérisseuse, elle avait pû en vérifier l'efficacité. Et maintenant, c'était son tour.


C'était mon tour, maintenant. Je me retrouvais face aux poudres et aux produits nécessaires pour créer ce que j'avais en tête, un poison et une crème de soin. Je ne pouvais pas créer que la douleur, il me fallait aussi créer quelque chose pour la soulager. C'était comme une obligation personnelle. Je commençais par le poison. Etalant les différentes poudres devant moi, je m'asseyais sur une des chaises et les fixais d'un air particulièrement concentré. J'ignorais comment je devais m'y prendre pour réussir à créer un produit assez puissant pour endormir un être humain. Logiquement, il devrait y avoir des herbes naturelles entrant dans la composition. Certaines d'entre elles avaient des propriétés calmantes bien connues, mais pour le reste... Pour endormir complètement tout un corps humain... Il ne me restait plus qu'à jouer l'alchimiste de foire ! Je mettrais le temps qu'il faudrait, mais je découvrirais comment créer ce fichu poison ! Je m'attelais donc à ma tâche, patiemment, méthodiquement, longuement.

Concentrée au possible, les poudres se mélangeaient entre elles et j'y ajoutais les liquides qui m'inspiraient. Mon herboriste n'avait même pas su quoi me conseiller. Je devais deviner absolument toute seule. J'étais allée plusieurs fois à la boutique du shinobi : j'en connaissais la couleur, l'odeur et la texture. La seule autre chose que j'ignorais était évidemment son goût, je n'avais pas voulu m'écrouler là bas... xD Exaspérée, je lançais dans l'évier le résultat que je venais d'obtenir. Ca ne ressemblait pas du tout ! J'étais censée avoir un poison très clair, presque blanc, il était vert -__-' ! Assez ! J'en avais assez !! Comment étais-je censée faire ?!!

M'éloignant de cette scène déprimante, je réfléchissais encore à la manière que je pouvais utiliser pour deviner cette "recette". Puis, mon regard s'arrêta sur la pâte que me donnaient mes résultats... De l'eau ! Il fallait que je dilue mes préparations ! Sinon, je n'arrivais pas à les mélanger correctement et le résultat n'était évidemment pas bon ! L'air se remplit d'une odeur de victoire et je revins vite m'asseoir derrière cette maudite table, m'atteler à ma tâche. Un sourire accroché aux lèvres, je refaisais le mélange qui me semblait le plus adéquat pour un poison provoquant le sommeil et le diluais au fur et à mesure par de l'eau. Mon résultat s'éclaircit. Mon coeur s'emplit d'une folle espérance lorsque j'eus enfin la couleur espérée. Je reniflais l'odeur, c'était bien celle là et la texture me semblait identique. Je n'osais croire en ma victoire, il fallait que je teste mon poison. Je m'approchais donc de la fenêtre et attendis patiemment que les oiseaux, qui venaient habituellement me piquer ma nourriture, apparaissent. Pour une fois, ils me seraient utiles. A peine arrivés, j'en choppais un au vol et lui injectait une goutte de poison. Son corps de goinfre se détendit aussitôt et il tomba en léthargie. J'avais réussi =).

Un sentiment de revanche et de victoire emplit mes poumons, j'avais une soudaine envie de lever mon poing vers le ciel et de crier ma réussite !! Mais je ne pouvais pas avec un volatile coincé dans ma main et des voisins faisant la sieste à ce moment de la journée Razz. Je me contentais donc de regarder le ciel, les yeux trempés de larmes fières. Je me sentais capable de soulever des montagnes ! Une idée se rappela alors à moi : je voulais aussi créer une crème soignant les plaies. Après avoir réussi ce coup de force, rien ne pourrait me résister et surtout pas quelque chose que je connaissais déjà. J'étais médical-nin après tout ! Je connaissais sur le bout des doigts comment guérir n'importe quelle blessure, créer cette pommade serait un jeu d'enfant. Les fesses à peine posées sur mon siège, mes mains coururent entre les différents ingrédients, les mélangeant méthodiquement entre eux comme si je l'avais toujours fait. En une dizaine de minutes, un onguent de soin trônait sur la table de la cuisine. Je posais mon poison à ses côtés et les regardais avec fierté. J'avais réussi. Moi ! Je pouvais être fière de moi, pour une fois. Je saisissais tous les ingrédients restants, jetant à la poubelle les inutilisables et rangeant les autres. Epuisée, je m'affalais sur le canapé. J'avais bien besoin d'une petite sieste !


[Hrp : Artisanat : 5 ; Un poison de sommeil créé (niv4 artisanat nécessaire) et une crème médicale (niv1) ; 20-5 = 15 jours IRL avant de pouvoir en refabriquer, soit à partir du 15 Mai.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cloud Fubuki
Chuunin du Saigo Senchi
Chuunin du Saigo Senchi
avatar

Nombre de messages : 362
Age : 30
Clan : Fubuki
Special : Hyouton

.::RPG::.
PV:
120/120  (120/120)
PC:
105/105  (105/105)
Exp:
13/160  (13/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 30 Avr - 19:55

Alléluia!!! Ca fait plaisir de lire à nouveau du beau RP xD, on se comprend n'est ce pas Reira lol. Je n'ai jamais rien à dire en te lisant, c'est juste agréable. Donc je t'accorde ton poison et ta crème Razz avec un petit bonus de 6XP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/saigo-senchi-f86/fiche-tech
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 3 Sep - 22:20

* Mmh… ça fait longtemps que je n’ai pas vu Reira… *

Assis au milieu de son terrain d’entraînement, cette pensée vint à l’esprit de Wazzdaka. Elle semblait presque saugrenue tellement il était rare pour le Juunin de penser aux autres comme de véritables êtres vivants avec lesquels il est agréable de passer du temps, voire… de PARLER ?! Qui ? Lui ? Parler ?... O_O – Mode narrateur étonné /off – Mais étrangement, il s’était prit d’amitié avec la jeune femme, c’était bien la première fois que quelqu’un passait tant de temps avec lui, et se montrait surtout aussi patient. D’habitude, la plupart des gens se lassent, ou n’essayent même pas d’engager la conversation avec une personne aussi silencieuse et « bizarre ». Il fallait avouer que le voir passer tous les jours, ainsi que le voir observer un objet indéfinissable pendant des heures permettait aisément de le qualifier de « bizarre »… Reira fut donc une première en matière de vie sociale, disons, une naissance sociale ?

Une fois lavé et habillé en civil, Wazzdaka profita de sa promenade matinale pour essayer de retrouver Reira. Problème, il ne savait ni où elle habitait, ni si elle ne serait pas en ce moment même en pleine mission. Elle était Juunin elle aussi après tout, et il ne fallait pas l’oublier. Mais c’était l’occasion de savoir où la trouver en cas de… euh… d’envie de parler avec quelqu’un ?...


« Bonjour madame, excusez moi de vous importuner, je sais que ma question n’est pas très précise mais sauriez-vous où habite Reira Karuta ? Elle est une Juunin du village… »

Wazzdaka avait croisé une femme d’un âge avancé, et essayait de parler aussi poliment que possible. Demander au petit bonheur la chance n’était peut être pas la meilleure idée, mais il n’en avait pas d’autres, alors tant qu’à faire…

« Je ne sais absolument pas, mais vous devriez aller demander au secrétariat de la tour du Mizukage… »

En voilà une bonne idée. Après tout il était Juunin aussi, il pourrait facilement récupérer les listes des ninjas de Kiri… Aussitôt pensé, aussitôt réalisé, il se rendit à la tour du Mizukage, récupéra les listes des Ninjas de Kiri et releva l’adresse de Reira Karuta sans même chercher à trouver la moindre excuse. Ce qui apparemment était gênant pour les archivistes qui ne cessaient de répéter que ces papiers n’étaient pas destinés aux affaires personnelles, mais après tout, qui s’en préoccupait ? Et puis c’est difficile de refuser catégoriquement quelque chose à quelqu’un qui mesure une vingtaine de centimètres de plus que vous et qui possède des bras qui font votre torse.

De retour dans les rues de Kiri, il se rendit à l’adresse indiquée. Ce ne fut pas bien long, il était déjà passé par ici quelques fois durant ses promenades quotidiennes. C’était une allée pleine d’habitations, de pavillons, de petits immeubles, voire parfois quelques maisons. Il n’était pas habitué à ce genre d’habitation, il avait vécu toute sa vie dans un manoir et il était donc difficile pour lui d’imaginer comment il était possible de vivre dans des habitations aussi étroites, ça lui semblait aussi fascinant qu’effrayant, il aurait encore préféré dormir dehors… Peut-être le Buffle était-il un peu claustrophobe ?


« On dirait que c’est ici… »

Wazzdaka leva les yeux vers un petit immeuble louant de nombreux appartements, étrangement, cette société n’appartenait à aucune des compagnies qu’il connaissait. Sûrement un petit propriétaire. Mais après tout, ça ne le concernait pas, il n’avait de toutes façons pas le sens des affaires. En entrant le Juunin veilla bien à saluer le concierge et à lui demander quel était l’appartement de Reira, il répondit poliment et Wazzdaka lança à son tour quelque politesse. Rien de bien folichon. Le jeune homme aux cheveux bleus grimpa un escalier et longea un petit couloir, une fois arrivé devant la porte il sonna avec fermeté et attendit un peu. Une grosse femme en peignoir lui ouvrit et parla avec une voix rauque.

« Z’êtes qui… ? »
« Euh… Excusez-moi je crois m’être trompé de porte… »


Il repartit timidement sonner en face, pour se tromper une nouvelle fois, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il n’était pas au bon étage. Ainsi, après quelques déboires dans l’immeuble il grimpa 4 à 4 les marches de l’escalier qui menait au second étage, et poussé par on-ne-sait quelle force intérieure il sonna à la première porte qu’il trouva…

« Reira ? C’est Wazzdaka ! Tu peux m’ouvrir ?... »

Le ton de la voix était un peu blasé mais restait facilement reconnaissable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 4 Sep - 0:30

La vie suivait son cours dans le petit village de Kiri. Tranquillement, les mois s'égrenaient dans l'existence de la jeune Reira : cela faisait des mois qu'elle ne sortait plus de chez elle sauf pour faire des courses, ne voyant personne, ne recevant personne. Elle ne faisait même plus de mission de peur de tomber sur des méchants vilains pas beaux. (Et ça se dit Juunin de Kiri Razz...) Elle était devenue une sorte de no-life ninja, quoi. Mais de quel droit la critiquez-vous ? Est-ce que vous êtes à sa place ? Est-ce que vous avez vécu sa vie et ses souffrances ?! Elle n'avait juste pas envie de mourir et personne à voir, c'est tout. ... Et c'était triste à dire. Les seuls jours où elle sortait de cette noire monotonie, les seuls jours où elle voulait voir "quelqu'un", la terrible question retombait : "mais qui aller voir ?". Et la pauvre Juunin retombait dans sa dépression, allait se planter devant la télé et manger ce qui lui tombait sous la main, tout en broyant du noir.

Les jours passaient, les uns après les autres, sans que rien ne change. La détresse de la petite chèvre s'agravait d'avantage chaque jour : elle avait cette impression étrange, celle de s'enfoncer dans un tunnel de plus en plus sombre, en se disant que la sortie l'attendait de l'autre côté. Mais jamais une lumière n'apparaissait dans ce lugubre tunnel, jamais personne ne venait marcher à ses côtés, jamais son coeur ne remontait des entrailles de la Terre. Il lui semblait avoir un vide de plus plus profond dans la poitrine, sans rien pour le combler et avec cette impression que ça durerait toujours, que ce serait toujours pire... Bref, elle aurait bien eu besoin de médicaments pour s'en sortir et aussi d'un bon coup de pied aux fesses pour qu'elle se bouge è_é ! ... Ce que s'empressa de faire sa mère.

Miki Karuta avait toujours adoré sa fille. Elle lui avait toujours donné autant d'amour qu'elle le pouvait, gâtant même trop sa fille. Ce qu'elle ne voulait pas faire étant petite, elle le faisait à sa place (elle ou son mari) : l'enfant a fini par devenir peureuse de tout ce qui l'entourait. Mais passons, là n'est pas la question. Sa mère était donc une maman gaga de son enfant, mais assez dynamique malgré tout : elle ne supportait pas de voir sa fille aussi inactive ! Elle l'avait déjà presque disputé au téléphone (Oh mon Dieu, quelle révolution O_O !) pour son inactivité au tableau des ninjas et maintenant, elle avait décidé de venir chez sa fille ! ALERTE ROUGE !! MAMAN RAPPLIQUE, IL FAUT TOUUUUUUUUT RANGER !!!


Ce coup de fil m'avait fait sauter au plafond : quoi, elle était sérieuse ?! Elle allait "venir voir comment se passait ta vie d'oursonne endurcie" ?! Là, c'était l'alerte avant la destruction totale de l'appareil : si jamais Maman voyait ce que j'étais devenue... Elle me dirait de retourner directement à la maison ! Et ça, il n'en était pas question ! J'avais déjà eu du mal à prendre cette seule décision dans ma vie, ça n'était pas pour retourner à la case départ ! Il fallait donc que je lui fasse croire que ma vie était magnifique. ... Euh non, ça, je n'arriverais pas à lui faire gober. Plutôt que ma vie était potable, décemment vivable en tout cas ! Ne pas paniquer. Réfléchir à comment faire. D'abord, état des lieux : j'avais une tête affreuse, des cheveux en pagaille, qu'on aurait pu confondre avec de la paille s'ils n'avaient pas été noirs, des cernes à creuser une tombe, un teint livide presque vert et des "vêtements", parce qu'il fallait bien me mettre quelque chose sur le dos(et qu'un sac, c'est pas pratique pour marcher Razz). Quand à l'appartement lui-même, c'était un véritable carpharnaum. Les cartons encore en plein milieu du salon, des vêtements et des sachets de nourriture étalés sur le sol, des tâches un peu partout, un lit avec des draps pas vraiment propres... Il n'y avait que la cuisine et la salle de bain qui échappaient au carnage. La cuisine, parce que je n'y passais que pour prendre de la nourriture et la salle de bain parce que je restais une fille, tout de même è_é !

Il n'empêche que j'avais quelques problèmes à l'horizon. Maman arrivait pour le déjeuner, j'avais deux heures pour tout ranger et m'arranger moi-même. Top chrono ! Je me surpris moi-même. En à peine 1h15, mon appartement était devenu luxueux de propreté, tout était à sa place et même bien rangé. (Pas comme quand ma mère me demande de ranger ma chambre, par exemple Razz !) Il me restait 3/4 d'heure pour me préparer... Si vous êtes une fille, vous comprendrez que c'est encore plus affolant que tout le ménage en 2h ! xD Je filais donc sous la douche, me préparais au plus vite : me coiffer rapidement pour retrouver des cheveux lisses, mettre de la crème pour cacher ces fichus cernes, du maquillage pour attirer le regard ailleurs (cache-misère Wink), et m'habiller aussi, au passage. Ca peut être important.


- Driiiiiiing !!

Rah nan, pas déjà !! J'étais à peine sortie de la douche, encore en train de me pouponner, même pas habillée. Qu'est ce que j'allais faire ?! Maman DETESTAIT qu'on la fasse attendre. Si je voulais avoir toutes les chances de mon côté, il fallait que je fasse vite, très vite.


- OUIII ! J'ARRIVE ! Une petite seconde !, Criais-je en direction de la porte.

Vite, encore plus vite ! Tant pis pour le reste du pouponnage, il fallait qu'elle s'habille ! Reira fila comme l'éclair dans sa chambre, attrapa au passage sa tenue préférée et l'enfila tout en se dirigeant vers la porte. Viiiite Reira ! Elle croyait déjà entendre sa mère appuyer sur la sonnette comme une malade, preuve de son impatience. S'il y avait bien une chose que la jeune femme avait appris pendant son enfance, c'est que Maman Karuta ne supportait pas de rester plantée devant une porte ; même si son adolescente de fille complexée ne voulait pas qu'elle entre, pendant qu'elle se changeait. Elle avait déjà écopé d'une scène mémorable il y a quelques années, elle n'avait pas l'intention de la recommencer ! Sur le chemin menant à la porte, Reira enfila trèès rapidement sa jupe d'écolière bleue marine préférée, elle avait toujours eu un faible pour l'uniforme, ajouta vite dessous une culotte (on s'habille quand même correctement devant sa maman !) et voulut enfiler sa chemise blanche, lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié son soutien-gorge dans la chambre. Baka ! Reira se maudit quelques secondes, avant de penser que c'était sa mère qui l'avait fabriquée, elle ne serait pas outragée pour ça. Elle irait rajuster sa tenue après. D'abord, ouvrir-à-maman-qui-doit-péter-son-câble-derrière-la-porte ! En panique, la jeune femme boutonna deux malheureux boutons au milieu et en bas de sa chemise, pour cacher un peu tout ça quand même. Sa mère lui pardonnerait sûrement ce décolté un peu (beaucoup) trop plongeant, puisqu'elle avait juste été prise par le temps. Un peu rassurée, l'enfant terrorisée par sa mère reprit son souffle et ouvrit la porte d'un seul coup.

- Pardon Maman !! J'étais sous la douche, je n'ai pas eu le temps de m'hab... O_O

Euuuh... Oups ? Ce n'était pas sa mère sur le seuil de la porte, mais un beau jeune homme aux cheveux bleus acier, qu'elle avait déjà rencontré. Waotaka Wazzdaka. Il était devant sa porte, face à une fille à moitié habillée, l'air complètement ahuri. Qu'est-ce qu'il faisait là ?! Elle ne l'avait pas encore remarqué, mais elle se trouvait bien dans une drôle de situation...

Et maintenant ? Qu'est-ce que j'étais censée faire ? Revenir sur Terre, peut-être : ça devait faire un moment que j'étais plantée sur le seuil de la porte, à le fixer avec des yeux exhorbités. Allez, on cligne des yeux et ça y est. Voilà, je pouvais enfin reconnecter mes neurones. Première question : qu'est-ce qu'il faisait là ? Pourquoi était-il devant ma porte ? Il devait sûrement venir me chercher pour accomplir une mission quelconque ! Hum non, à y réfléchir, ce serait parfaitement idiot : il avait dû avoir vent de mon incapacité ou si non, ceux qui lui auraient donné la mission l'aurait prévenu... Ca ne devait donc pas être ça. Serait-il juste venu me voir... ? A cette pensée, je sentais mon coeur se gonfler d'espoir et ne pus m'empêcher de sourire. Tous ces mois passés toute seule, sans personne à qui parler, allaient peut-être se terminer ici ? Peut-être qu'il se souvenait de moi finalement ?

Je sentais que mes yeux commençaient à briller sous la perspective de cette joie immense qu'il me ferait, jusqu'à ce que je trouve quelque chose d'étrange dans son attitude. Je ne savais pas vraiment quoi. J'avais l'impression qu'il ne réagissait pas pareil que la dernière fois, que quelque chose le dérangeait... Un peu prise de court, je regardais derrière moi pour voir la chose qui pouvait le gêner, rien. Je baissais donc les yeux sur moi par réflexe et je compris très très vite.

J'avais le souffle coupé, mais je me repris très vite : je cachais cette poitrine (que je ne saurais voir Razz) derrière mes bras serrés et m'enfuyait en courrant dans ma chambre, laissant la porte ouverte. Mon dieu mon dieu mon dieu o_o ! Mais quelle idiote j'étais ! Je n'avais même pas vérifié si c'était bien Maman ou quelqu'un d'autre ! Baka baka baka !! Evidemment, Maman ça ne l'aurait pas trop gênée, mais un homme... Surtout celui-là ! Les souvenirs me revinrent en mémoire : je me revis au port, m'asseyant négligeamment et sur sa main, bien entendu. Et aujourd'hui... Je fixais mon reflet dans le miroir. ... Là, c'était irrécupérable. Non seulement ma chemise lui avait été largement ouverte, mais en plus elle était blanche et je n'avais rien eu en dessous pour me protéger, dissimuler tout ça... La honte me monta aux joues, je ne supportais plus ma bêtise légendaire. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir penser de moi ? Déjà la main la première fois, maintenant le décolleté transparent... C'était simple, il croirait que j'étais une allumeuse voire une prostituée même ! Quelle horreur !!


La jeune femme était complètement en panique. S'il y avait bien une chose qu'elle détestait, c'était celle de se faire remarquer. Alors de cette façon-là... Elle devenait paranoïaque. Puis, peu à peu, elle se reprit. Elle comprit qu'elle devait encore rattraper ça et donc, se rhabiller avant. Elle ne sortirait plus comme ça. Lorsqu'elle fut complètement habillée, elle n'osa même pas sortir en chemise blanche, elle enfila la veste de son uniforme par dessus même si elle crevait de chaud. Elle avait laissé Wazzdaka seul pendant bien trop longtemps, il était temps de le rejoindre. Rouge comme une pivoine, Reira sortit de la chambre sans même oser le regarder et se rapprocha de la porte. Elle ne vit même pas si le jeune homme était entré dans l'appartement ou non, elle s'excusa sans même le regarder.

- Pardon, pardon infiniment de t'avoir ouvert comme ça ! Je suis... Je suis désolée ! Vraiment désolée ! Je ne pensais pas que ça pouvait être toi, je ne m'attendais vraiment pas à te voir, je croyais que c'était ma mère qui venait me rendre visite, j'étais encore sous la douche mais je ne voulais pas la faire attendre, alors je m'étais dépêchée et et et..., Disait-elle d'une seule traite, sans même reprendre son souffle.

Reira parlait sans discontinuer, sans même articuler, sans même faire de pauses à la fin de ses phrases tellement elle était gênée. Elle devait faire un joli tableau aux yeux de Wazz, tiens ! Une jeune femme dans la position d'une petite fille qui se fait très sévèrement réprimander, toute recroquevillée sur elle-même, les joues d'un rouge soutenu et des larmes perlant dans ses yeux gris. Elle respirait la honte, il ne fallait pas être devin pour le deviner. Et pourtant, son monologue d'excuse continuait.

- ... ME PARDONNERAS-TU ?! , Cria t-elle d'un seul coup.
Oh, et je ne te fais même pas entrer chez moi, je manque vraiment à tous mes devoirs ! Je t'en prie, entre entre, fais comme chez toi. Tu n'as qu'à t'asseoir dans le salon à ta droite, je t'y rejoins dans une minute.

N'osant toujours pas croiser son regard, Reira s'avança pour fermer la porte et le laissa déambuler dans son appartement. Son cerveau refusait de penser à autre chose mais heureusement, elle avait été bien élevée et ses réflexes d'hôte reprenaient le dessus. Avant même qu'elle ne s'en soit rendue compte, elle avait mis une bouilloire d'eau chaude sur le feu et cherchait déjà les petits gâteaux accompagnant le thé. Lorsqu'elle le réalisa, sa panique se calma un peu et ses gestes retrouvèrent presque leur amplitude habituelle. Et ne voulant pas que son invité trouve le temps long, elle lui disait qu'elle arriverait bientôt, qu'elle préparait juste le thé. Ca l'aiderait sûrement à patienter. Au bout d'une minute ou deux, le thé fut prêt et Reira passa dans le salon avec son plateau.

Wazz était déjà là, une sourde gêne la reprit. Mais était-elle due à l'instant précédent ou à autre chose ? Quoiqu'il en soit, ses mains se remirent à trembler et en s'approchant du pauvre malheureux qui avait pénétré chez elle, son pied se prit dans le tapis et un peu de thé s'échappa de la théière. Pour arriver sur Wazzdaka, bien évidemment ! La maladroite biquette se répandit à nouveau en excuses, complètement affolée par ses catastrophes produites les unes après les autres. Elle ne savait comment se faire pardonner.


- Pardon pardon pardon ! Je suis vraiment vraiment maladroite, je suis vraiment désolée ! Pardonne-moi je t'en prie, je n'ai vraiment pas fait exprès !, Sanglotait presque la pauvre Reira, qui abusait des "vraiment" sans s'en rendre compte.
Donne-moi ta chemise, je vais aller la nettoyer tout de suite ! J'ai un produit miracle pour ce genre de bêtise (l'habitude xD), il n'y paraîtra bientôt plus ! (Faut bien que je vois ton dos, si tu veux que je te soigne Wink !)

On aurait dit que la jolie Reira faisait un spectacle de mime en ce moment : elle tendait les bras vers Wazz, qui ne devait pas comprendre grand chose, vu son débit de paroles. Mais pardonnez-la lecteur, ma petite Reira n'a pas l'habitude de parler autant en aussi peu de temps ! Mais revenons à la Maladresse incarnée. Son spectacle s'était terminé d'un seul coup : elle ne bougeait plus, ne parlait plus, ne faisait que fixer le jeune homme aux cheveux bleus. Il y avait de quoi être décontenancé. Reira venait juste d'avoir une illumination.

- ... Dis, pourquoi tu es venu me voir jusqu'ici, en fait ?


Dernière édition par Reira Karuta le Jeu 4 Sep - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 4 Sep - 20:07

[ Désolé, dépassement de la limite autorisée, je scinde le post en deux... 'u_u ]

Quelques heures auparavant, Wazzdaka eut une soudaine envie d’aller voir Reira, cette chère et maladroite Reira ! Il partit dans une véritable expédition, dont la première étape était de nombreuses investigations afin de savoir où elle habitait, une fois quelques informations récupérées – avec ton plus ou moins menaçant - il partit en direction de cette adresse pour un long… looong voyage. Avec comme seul objectif, au bout de sa quête d’une après midi, les beaux yeux de Reira Razz. Bravant monts et marées, blizzards et pluie torrentielles… Risquant sa vie à chaque instant pour… Pardon, je m’égare… Bref, le Waotaka se rendit jusque dans l’immeuble où il commença à chercher au petit bonheur la chance, avec peu de chance, étant donné qu’il cherchait au mauvais étage. Mais après quelques erreurs il se rendit compte qu’il s’était trompé d’étage… Erreur vite réparée, un pressentiment le prit à l’étage supérieur, une sorte d’instinct lui dicta que Reira était derrière la première porte de l’étage supérieur. Une fois parvenu devant la porte, il regarda ses mains vides. Il n’avait pas de cadeaux, ni fleurs, ni chocolats… Il n’était pas là pour demander un rendez-vous à Reira, mais ça lui paraissait malpoli de s’inviter chez quelqu’un, vraiment à l’improviste, sans avoir un cadeau… Mais ce n’était pas le moment de faire demi-tour, après tout il était juste sur le pas de la porte…

Mais que dire, que faire ? Wazzdaka avait un talent immense en tant que ninja, et possédait plusieurs véritables « dons du ciel », qui faisaient l’unanimité auprès de ceux qui le fréquentaient. Il n’affichait absolument jamais ses sentiments, ni la tristesse, ni la joie. Le seul sentiment qu’il avait su afficher depuis l’âge de conscience, c’était la colère… Venait ensuite sa patience. Malgré le fait que ses colères étaient incroyablement dévastatrices, sa patience paraissait… Sans limites. Un véritable paradoxe ambulant. Mais n’oublions pas qu’il était plus têtu qu’une mule, jamais il ne revenait sur une décision sans une très bonne raison… Et là, son caractère semblait changer, sur le seuil de cet appartement, il paraissait à la fois hésitant, un peu impatient et ne savait plus trop quoi faire… Il ne comprenait pas lui-même ce qui lui arrivait. Il prit alors quelques secondes pour reprendre ses esprits et mit ça sur le compte de la fatigue, pensant à prendre des congés plus longs pour la prochaine fois…

Une fois que ses yeux bruns reprirent leur lueur habituelle de nonchalance il sonna à la porte, magnifique invention que les sonnettes qui permettaient de savoir quand un visiteur était là, quelque soit le bruit qui nous entoure. Et puis bien plus pratique que de frapper à la porte, même s’il maîtrisait sa force, le Juunin voulut éviter de perdre contenance comme les minutes auparavant et prendre le risque de faire sortir la porte de ses gonds… Et ce n’était pas peu dire…

Quand on le voyait de dos, on remarquait surtout une grande taille, de larges épaules et un dos fort. Puis venait une chevelure bleutée, tirant dans l’acier, tombant sur sa nuque. Son physique avait toujours été supérieur à la moyenne, ainsi que sa force. Ses bras étaient incroyablement musclés, biceps, triceps… Tous ses muscles semblaient développés, même certains muscles de sa nuque… Pourtant le tout s’harmonisait assez bien sur son corps, et aucun des muscle n’était « proéminent », son corps semblait capable de prendre une masse musculaire beaucoup plus importante encore… Un corps de… machine de guerre ? Peut-être, après tout il pratiquait le taïjutsu et ces muscles étaient une bénédiction capable de le protéger des coups et de l’aider à réaliser des tâches pénibles et difficile avec beaucoup plus d’aisance. Pourtant, malgré sa carrure, quand il est calme, il est vraiment à milles lieux d’être effrayant, bien au contraire ! Une espèce d’aura apaisante l’entoure, on lui parle très facilement et on livre tout aussi facilement des secrets très intimes… Cependant, le Buffle qu’est Wazzdaka ne demande rien, les choses viennent d’elles même, et reste bien souvent muet comme une tombe. Aussi, les secrets qui lui sont livrés ne sortent jamais de par sa bouche, ou alors n’entre même pas dans sa tête, mais ça, c’est une autre histoire. Razz

DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING !!!

Quelques secondes s’écoulèrent, ensuite quelques minutes… Peut-être n’était-elle tout simplement pas là ? Mais il fallait en avoir le cœur net, il ne voulait pas être venu pour rien !


« Reira ? »
« OUIII ! J'ARRIVE ! Une petite seconde ! »

Le cœur du jeune homme fit un bond, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas entendue sa voix, et même, dans ses souvenirs, la voix de Reira lui semblait plus solennelle. Peut-être ne voulait-elle pas recevoir de visite ? Et Wazzdaka n’avait pas le cœur à s’inviter… Mais il resta quand même devant la porte, attendant qu’elle s’ouvre pour enfin revoir le visage de la jeune femme. Cependant, il se sentait tout de même un peu gêné, et profita de ce moment de paix pour chasser une mèche qui lui tombait devant le visage et fouiller dans sa tête les souvenirs qu’il avait de Reira.

Car sa tête était une vraie boîte à trésor… Aussi bête pouvait-il paraître, sa mémoire était excellente. Lorsqu’il essaye de se souvenir de quelque chose, il entre dans une grande maison, dont chaque pièce est différente et où il stocke toutes les informations dont il a besoin… Il était capable de prendre une « photo mentale » de n’importe quel objet quel qu’il soit et en garder un souvenir extrêmement net durant des années et des années ! Peut-être est-ce dû à un sens de l’observation très développée, en tout cas, personne ne savait à quoi c’était dû mais les détails les plus insignifiants, du moment qu’il s’y intéresse, ne pouvaient en aucun cas lui échapper. Et pourtant, dernièrement, il avait été victime d’un énorme trou de mémoire… Sûrement un choc particulier à la tête ?...

Décidément, les secondes des filles sont bien longues… Mais le Juunin entendit des bruits derrière la porte, apparemment ont allait lui ouvrir, et vu le souffle court de la demoiselle, elle avait sûrement dû beaucoup se dépêcher… Ou alors sortait d’activités particulièrement fatigantes… Des activités fatigantes ? Chez soi ?... Tout ça en devenait presque louche… Mais le jeune homme n’était pas suspicieux ou de nature à se faire des idées sur les gens.


« Pardon Maman !! J'étais sous la douche, je n'ai pas eu le temps de m'hab... O_O »
« Hu ?!... »


Une plastique de rêve, un visage fin, un teint de porcelaine. Un bonbon pour les yeux… De superbes et longues jambes, une jupe qui les met bien en valeur… Une chemise blanche et… PAS DE SOUTIEN GORGE O.O !!!! Tchouuu tchouuuu… - Délire Narratif /off – Les yeux de Wazzdaka se plantèrent dans ceux de Reira, puis descendirent doucement dans le décolleté… Non seulement il n’était pas capable de parler, ni de bouger, mais dans le cas contraire il n’aurait pas sut quoi faire non plus. Ses joues avaient prise un teint rosée qui était véritablement du jamais vu chez lui… Ses yeux brillaient de surprise, et son teint était devenu livide. Sans parler des sueurs qui lui coulaient dans la nuque et sur le visage. Sa bouche semblait presque disparaître… Qui a dit ridicule ? Mais non, surpris…

Cependant il détourna vite les yeux sur le côté, Reira ne semblait pas encore avoir tout à fait conscience de la tenue dans laquelle elle était, et surtout… Qu’on pouvait facilement se poser des questions sur son souffle court et sa tenue… On aurait put dire qu’il en avait vu de toutes les couleurs ( surtout dans les teintes de rose Razz )…

Puis elle disparut soudain, avant même que Wazzdaka ne remarque quelque chose, elle semblait totalement prise de panique et ce n’était pas bien difficile à deviner… Le Juunin resta donc sur le pas de la porte, préférant la laisser se « rhabiller » seule… Visiblement, il dérangeait… Et on peut facilement dire qu’il ne s’y attendait pas non plus. Et ce n’était pas dans ses habitudes de perdre contenance à ce point, c’était même la première fois… Qu’est ce qu’elle était maladroite cette Reira ! Mais qu’est ce qu’elle était mignonne… Wazzdaka se sentit véritablement, et comme il lui arrive rarement, attaché à elle. Maintenant que cette « vision choc » était passée, il avait presque envie de rire, non pas de la pauvre Reira, mais du talent avec lequel il arrive à mettre les gens dans des positions embarrassantes. Comment faisait-il ? Il ne savait pas trop, mais il devait avoir un don pour ça… Aussi, il n’était pas étonnant qu’il soit d’une humeur moins froide que d’habitude sur le pas de la porte.


Dernière édition par Waotaka Wazzdaka le Jeu 4 Sep - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 4 Sep - 20:07

En attendant que Reira revienne, Wazzdaka s’adossa au mur à côté de la porte - avec une pause qui déchire tous les tops du style xD -, les bras croisés, le visage légèrement relevé et les yeux pétillants cachés dans une mer de cheveux bleus. Pensant quelques instants à comment s’excuser de l’avoir dérangée… Il était vraiment arrivé au mauvais moment et l’avait vraiment gênée… Que lui dire ? Comment lui dire ? Et là voilà qui revenait déjà… Wazzdaka resta en place quelques instants, cherchant encore les mots, mais il en vint à la conclusion que le simple valait mieux, et l’humilité lui siérait ( du verbe Seoir ? Mais le temps est il bon ? Oo ) bien mieux.

« Pardon, pardon infiniment de t'avoir ouvert comme ça ! Je suis... Je suis désolée ! Vraiment désolée ! Je ne pensais pas que ça pouvait être toi, je ne m'attendais vraiment pas à te voir, je croyais que c'était ma mère qui venait me rendre visite, j'étais encore sous la douche mais je ne voulais pas la faire attendre, alors je m'étais dépêchée et et et... »

Mais ? Pourquoi s’excusait-elle ? Pour Wazzdaka, et la façon dont il avait été accueilli il était clair que ce n’était pas lui qui était attendu… Mais c’était lui qui était arrivé au mauvais moment, avait importuné Reira et s’impatientait devant la porte ! S’il avait été plus patient, rien de tout cela ne serait arrivé, et il ne savait pas trop comment le formuler… Cependant, il fit face à Reira, se pencha légèrement et s’excusa à l’unisson avec elle…

« ... ME PARDONNERAS-TU ?! »
« Excuse-moi !... J’aurai dû te prévenir de ma visite… C’est ma faute… »
« Oh, et je ne te fais même pas entrer chez moi, je manque vraiment à tous mes devoirs ! Je t'en prie, entre entre, fais comme chez toi. Tu n'as qu'à t'asseoir dans le salon à ta droite, je t'y rejoins dans une minute. »


Pourtant, il n’osa pas décliner l’invitation, il entra timidement et se rendit dans la direction indiquée. La maison était propre, mais le ménage avait été fait récemment, c’était visible. Malgré le manque de notions de Wazzdaka pour différencier Maison et Appartement, il remarquait que c’était assez étroit, et que vu le bâtiment, ce ne pouvait pas être une maison… Il se sentait un peu à l’étroit mais fit comme si de rien n’étai, cependant il resta debout au milieu de la pièce, en observant le contenu. Reira était déjà repartie mais se justifia vite en prétextant revenir vite et faire du thé… Elle revint pourtant vite, un plateau à la main, avec posé dessus une théière et des gâteaux, peut-être un peu trop vite car Wazzdaka eu parfaitement le temps de la voir se prendre les pieds dans son propre tapis et lâcher son plateau. Une giclée de thé brûlant lui arrivant dessus, le brûlant un peu et souillant sa chemise. La sensation de brûlure lui fit serrer les dents, il n’appréciait que moyennement la chaleur depuis un certain temps… Depuis cette fameuse expérience dont il ne se rappelle que quelques brides et du noir… Ainsi qu’une impressionnante brûlure sur tous le dos, plus le temps passait, plus il en oubliait l’origine. Mais pourtant, si l’origine s’effaçait, la cicatrice, elle, restait.

Et Reira parut à nouveau complètement affolée… Ce que Wazzdaka n’appréciait pas trop car il savait pertinemment que s’il n’était pas venu elle aurait peut-être passé une journée tranquille avec sa « maman ». Et qu’elle n’aurait eu à s’inquiéter de rien, quel imbécile il pouvait être parfois de n’en faire qu’à sa tête…


« Pardon pardon pardon ! Je suis vraiment vraiment maladroite, je suis vraiment désolée ! Pardonne-moi je t'en prie, je n'ai vraiment pas fait exprès ! »

Waouh, beaucoup de « vraiment ». Mais le Juunin n’était pas rancunier pour deux sous, dommage pour le thé… Mais il nota de retirer les tapis des endroits où on sert le thé, afin d’éviter d’autres malheurs avec cette boisson chaude… C’est peut-être très bon, mais c’est meilleur dans la bouche plutôt que sur la chemise.

« Donne-moi ta chemise, je vais aller la nettoyer tout de suite ! J'ai un produit miracle pour ce genre de bêtise, il n'y paraîtra bientôt plus ! »

Elle devait en avoir l’habitude… Razz

Aussi, il déboutonna sa chemise sans trop se presser tout en l’écoutant parler. Elle parlait vraiment beaucoup cette chèvre, on aurait presque dit que Wazzdaka était le premier humain qu’elle croisait depuis des lustres ! Pourtant, jolie comme elle l’était, elle devait sûrement avoir beaucoup de copains avec qui se distraire ( si vous voyez ce que je veux dire xD )… Sortant les boutons de cuivres de sa chemise, le Buffle se montrait soigneux et précis, y allant tranquillement afin de ne pas faire sauter un bouton ou déchirer un point de couture. Un bouton, deux bouton, son cou et le haut de sa poitrine était légèrement visible. Il fallait avouer qu’il n’était pas non plus timide pour deux sous, le bonhomme… C’est vrai, car la pudeur ou la timidité sont des concepts qui lui sont très abstraits, se disant que de toutes façons, la nature n’avait pas grand-chose à cacher, et encore moins de quoi avoir honte ( Cool ).


« ... Dis, pourquoi tu es venu me voir jusqu'ici, en fait ? »

Erf, la question qui fâche… Que pouvait-il bien répondre à ça ? Comment pouvait-il justifier qu’il l’ait dérangée pour une raison aussi futile ? Mais à part dire la vérité, il ne savait pas faire grand-chose d’autre. Et puis que pouvait-il bien dire d’autre ? Il ne voulait pas fâcher Reira, mais il resta un peu silencieux, pesant et soupesant ce qu’il allait répondre, tout en continuant à défaire sa chemise. Non, il n’était pas venu pour qu’on lui lave sa chemise… Quoi que, on pourrait y penser pour la prochaine fois xD.

« … Et bien, disons que ça faisait un moment que je n’avais pas eu de nouvelles de toi et que je ne t’en avais pas donné… J’avais juste envie de te voir, enfin te parler je veux dire, hein ?! Ne te méprends pas ! Juste pour échanger quelques mots… »

Il avait preeeeeesque pas mis les pieds dans le plat… Mais apparemment, c’était vraiment un talent insoupçonné chez lui ! Il fit une petite courbette en guise d’excuses et fini de déboutonner sa chemise avant de la tendre à Reira. Quel étrange sentiment que celui qui l’envahissait… Il ne savait pas vraiment quoi dire, ni quoi faire. Et il trouvait dommage de rester en froid pour de tels… « accidents »…

« Je suis désolé si je te dérange, je peux passer un autre jour si tu préfères, car on dirait que tu attends de la visite et je ne voudrais pas m’imposer, ni déranger qui que ce soit d’ailleurs… »

Le ton était doux, calme, son regard aussi. En d’autres termes, il ne serait en aucun cas vexé si on lui demandait de rentrer chez lui, après tout, lui aussi il pouvait profiter de la soirée pour parler avec ses parents, surtout que son père semblait avoir beaucoup de travail ces derniers temps, il pourrait peut-être aller lui donner un coup de main. Mais le cœur du Buffle battait la mesure, sans qu’il comprenne bien trop pourquoi, il aurait quand même préféré pouvoir échanger quelques mots, quelques nouvelles. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eu de compagnie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Sam 6 Sep - 14:51

Décidemment, Reira n'en ratait pas une. Non seulement elle ouvrait la porte en tenue assez légère, mais en plus elle réussissait à brûler son invité avec son thé... La pauvre jeune femme continuait de se maudire intérieurement, elle s'en voulait d'infliger tout ça à ce pauvre Wazz ! ... Même si à la réflexion, il avait semblé apprécier la première de ses bêtises... xD Son expression d'alors lui revenait : figé, le teint soudainement plus pâle, les yeux fixés sur elle. Reira se sentit à nouveau rosir de ce souvenir, elle n'imaginait même pas ce qu'il avait pû penser. Mais à première vue, il ne lui en voulait pas et ne la blâmait même pas de sa bêtise : il s'était même excusé, lui aussi Oo. Cela, la Biquette ne l'aurait jamais cru possible, mais ce jeune homme avait la particularité de l'étonner chaque fois davantage à chacune de leurs rencontres. Il était étrange qu'un être humain puisse supporter aussi patiemment la maladresse de Reira... Si elle avait été de nature plus méfiante, elle se serait dit qu'il voudrait juste se la taper ! Ok, je sors. xD

Comment pouvait-il être aussi patient, aussi calme en face d'elle alors qu'elle ne faisait que l'accabler de ses bêtises à chaque fois qu'elle le voyait ? Reira se mit alors à fixer son visage, ses expressions : rien ne semblait trahir un quelconque agacement ou dissimulement, il semblait sincère avec elle. Le coeur de la jeune fille se remplit d'un doux apaisement, ainsi qu'un début d'admiration sans bornes pour la patience exemplaire dont Wazzdaka faisait preuve. Non seulement elle se calmait peu à peu, mais elle estimait de plus en plus cet homme-là (et quand ça atteint ce point-là, c'est dangereux pour le coeur Razz). Un paisible sourire prit alors place sur le visage de la jeune femme, il ne la quitterait plus pendant un moment.

Un agréable silence régnait dans la salle, aucun des deux Juunins ne semblait vouloir reprendre la parole, chacun perdu dans ses pensées. L'odeur du thé à la menthe embaumait toujours la pièce, la chemise de Wazz sentirait bon maintenant, tiens ! Et le voilà qui suivait son conseil, dégrafant sa chemise pour la lui donner à nettoyer. Oups Embarassed ... Une étrange sensation envahit son coeur et son ventre, elle préféra détourner les yeux.


Ah oui, qu'est ce qu'elle était jolie cette pièce o_o ! Oui oui oui ! J'avais toujours adoré cette ambiance à la fois apaisante et dépaysante (Razz). Sur des murs blancs, j'avais accroché partout des images de brume. La brume au petit matin, la brume à midi, la brume de nuit, la brume au crépuscule... J'avais une véritable passion pour cette brume au dessus de l'eau, et ça se voyait ! Je n'y pouvais rien après tout. C'était tellement beau à regarder, tellement apaisant de voir un tel paysage... Je pouvais le regarder pendant des heures. Depuis toute petite déjà, je ne prenais que des photos de brume depuis la fenêtre de ma chambre, elles devaient encore se trouver dans mes tiroirs. Je m'étais améliorée en photographie heureusement, ces images étaient vraiment magnifiques =). Je m'attardais quelques secondes dessus, un peu émue, puis me retournait vers Wazzdaka. Ouuuuuuups o_o !! Il se déshabillait encore ! Je me retournais aussi sec, de nouveau rose et continuait de m'intéresser à mon mobilier, que je voyais quand même tous les jours...

La table en bois du salon n'était pas loin de nous, il aurait suffit de suivre ce maudit tapis qui m'avait fait tomber pour s'y asseoir, mais là n'était pas le moment. Je n'osais pas regarder Wazz d'un oeil "distrait" dans cette tenue, je DEVAIS regarder ailleurs ! Mais regarder quoi... ? Je n'avais plus qu'à me retourner pour regarder le canapé devant la télé et j'aurais fait le tour de la pièce. Mon appartement était bien vide... C'est toujours dur de commencer une nouvelle vie :/. Puis, j'entendis à nouveau la voix de mon invité qui résonnait. Je ne pouvais pas lui faire l'impolitesse de lui tourner le dos alors qu'il me parlait ! Je n'avais plus qu'à lui faire face... Si si, allez... Bon sang, qu'est ce qu'il était bien foutu o_o !


- … Et bien, disons que ça faisait un moment que je n’avais pas eu de nouvelles de toi et que je ne t’en avais pas donné… J’avais juste envie de te voir, enfin te parler je veux dire, hein ?! Ne te méprends pas ! Juste pour échanger quelques mots…

Reira se sentit rougir à nouveau. Elle ne savait pas de quoi, par contre : rougissait-elle de honte, au souvenir qu'il avait eu le temps de bien la "voir" sous toutes les coutures, de gêne par rapport à la situation ou bien alors de plaisir, puisqu'il lui avait bien voulu lui rendre une petite visite pour elle seule ? Sûrement un peu de tout ça. Le coeur de la Juunin était donc tiraillé de tout côté. Elle se rappelait d'une part la honte qu'elle avait ressenti quelques minutes auparavant, puis la gêne par rapport au dénudement d'un homme dans son appartement (pas habituée la p'tite Razz) et enfin, un plaisir sans bornes. Alors, il était venue la voir juste pour elle ? Comme ça, parce que... Parce qu'ELLE lui... Manquait O_O ??! Alors ça... Ca lui faisait intensément plaisir !! Des larmes de joie lui montèrent aussitôt aux yeux et s'il n'avait pas été dans cette tenue, elle lui aurait littéralement sauté dessus ! Mais bon, comme il se déshabillait, on allait éviter... Pour l'instant Wink !

Reira se contenta donc de fixer Wazz d'un oeil brillant, un grand sourire aux lèvres et les mains jointes, comme si elle allait prier. Cliché vous dites ? Meuh nooooon ! C'est juste qu'elle ne savait pas quoi en foutre ! Elle mourrait d'envie de le remercier là, tout de suite, mais il semblait vouloir encore parler : il fallait qu'elle reste silencieuse jusqu'à ce qu'il ait fini, quand même ! Patiente, la jeune femme resta donc plantée devant lui, les yeux rivés dans son regard, emplis d'une reconnaissance extrême. Puis, bien évidemment, son regard commença à dévier et glissa sur le torse que dévoilait petit à petit le jeune homme.

Oh mon Dieu O.O... Reira avait rarement vu de photos d'hommes nus dans sa courte vie, non pas qu'elle était prude mais pas perverse non plus, pourtant elle savait reconnaître la Beauté quand elle la voyait. Un visage d'ange sur un corps d'athlète, cela résumait toute la vision de la jeune femme et c'était assez réducteur. Comment ne pas fondre quand on voyait ces magnifiques muscles se fondre en une peau blanche qui ne demandaient qu'à recevoir des baisers O.O ? Reira en tout cas, ne pût résister. Elle se sentait comme hypnotisée par ce qu'elle voyait, ne pouvant plus détourner les yeux de ce corps qu'elle convoitait déjà. Sans s'en rendre compte, elle s'était mise en marche et traversait les quelques centimètres de distance qui la séparait de Wazz. Elle ne savait pas pourquoi, elle voulait se coller contre lui, s'oublier dans ses bras. A vrai dire, son cerveau ne fonctionnait même plus. Quelques bribes d'informations lui parvinrent malgré tout...


- ... désolé... te dérange... passer un autre jour... tu attends de la visite... voudrais pas m’imposer...

Euh... Hu O_o ? Il m'avait dit quoi là ? Je redescendais à peine sur Terre, m'arrêtais en pleine avancée. Mais qu'est-ce que je faisais moi, il y avait deux secondes à peine ?! Je crois que j'avais perdu la tête, mais pourq... Ah oui. Mon regard tombait sur Wazz, torse nu, et je comprenais. Je rougissais d'un seul coup, je ne savais pas ce qui m'avait prise. J'avais déjà vu mon père dans cette tenue pourtant, et je n'avais absolument pas eu cette réaction ! Et pourquoi maintenant, je me sentais toute bizarre, toute... chose ? ... C'était peut-être ce dont m'avait parlé Maman il y a longtemps... "Tu comprendras quand tu seras plus grande !" J'étais assez grande maintenant ?

Mais il était temps d'arrêter les divagations. Wazz venait de me parler, je devais vite comprendre ce qu'il m'avait dit et lui répondre ! Alors voyons voir... Il avait dit qu'il était désolé, parlé de déranger et de passer un autre jour... QUOI ?? Passer un autre jour O_O ?! Sûrement pas ! Il ne me dérangeait pas du tout, au contraire !! J'étais tellement contente de le voir ! Je devais le lui dire !!


- Mais non, ne t'en vas pas ! Tu ne me déranges pas du tout ! Au contraire, je suis très très heureuse que tu aies bien voulu venir me voir, juste pour prendre de mes nouvelles ! Je... J'avais bien envie d'aller te voir chez toi pour voir si tu allais bien après ta mission, mais je ne savais pas si tu étais rentré... Ou même si tu te souvenais encore de moi u_u...

Je retombais dans ma déprime... STOP !! Justement, il était venu chez moi ! Pour ME voir, juste pour ça ! Je n'avais donc pas le droit d'être triste ! Je devais au contraire me montrer sous mon meilleur jour, pour qu'il ne regrette pas d'être venu ^p^ ! Et... Qu'est ce qu'il avait dit ensuite ? Quelque chose comme une visite ou un truc du genre... ... ... MAMAN O_O !! Je l'avais complètement oubliée celle là !! Je devais absolument l'empêcher d'arriver ici !! Pas question qu'elle me voit avec un homme, dans cette tenue là en plus ! Je sautais sur le téléphone et appelais à la maison. Heureusement, Maman n'était pas encore partie, elle avait eu des problèmes avec notre chat. Je pensais mentalement à ramener sa pâtée favorite à cette petite boule de poils la prochaine fois, et me retournais vers Wazz.


- Voilà, excuse-moi, mais j'avais oublié que ma mère devait passer. Ne t'inquiète surtout pas, tu ne me déranges absolument pas ! Je ne t'ai pas parlé depuis tellement longtemps, ça me fait très plaisir de te voir ! Euh... Je vais prendre ton tee shirt et le laver dans la cuisine Embarassed ... Tu peux venir, si tu veux !

Se retournant rapidement, Reira s'empressa d'aller laver la chemise avant de la lui rendre. Un détail attira alors son attention. Une sorte de trait sur l'arrière de l'épaule du jeune homme... Une large cicatrice lui zébrait le dos de part en part... Comment cela avait-il pû se produire ? Qu'avait-il vécu ces dernières semaines pour avoir une telle marque ?! Il ne l'avait pas avant de partir en mission, ça elle en était certaine...

- Que... Qu'est-ce que c'est que ça ? Qu'est ce qui t'est arrivé o_o ?!

Inquiète, Reira alla se figer devant Wazzdaka et fixa le pauvre mutilé dans les yeux, elle attendait le verdict. C'était une blague hein ? C'était juste un tatouage qui partait à l'eau, hein ? Bien sûr Reira, c'est évident ! Tu te rappelles qu'il est ninja Reira ? Et que toi aussi, au passage... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Dim 7 Sep - 14:58

Enfin arrivé à l’appartement de Reira, Wazzdaka alla de surprise en surprise… La première, et pas des moindres, fut d’être accueilli par une Reira à moitié nue, permettant au jeune homme d’admirer une plastique et des formes parfaites laissant bouche bée même le plus asocial des hommes – Ici, Wazzdaka -. Non seulement la jeune femme lui faisait de l’effet, mais c’était bien la première fois dans sa vie qu’il ressentait quelque chose pour un autre être humain et qu’il perdait contenance face à un autre ninja... Non seulement c’était la première fois qu’il ressentait un tel sentiment, mais en plus il ne le comprenait pas ! Qu’était-ce ? Pourquoi le ressentait-il ? Pourquoi avec Reira ? Certes, la jeune femme était bien sa seule « amie », en tout cas lui le voyait comme ça et espérait bien que cette amitié soit réciproque. Mais ce sentiment ne pouvait pas être affilié à de « l’amitié », non c’était différent. Peut-être était-ce parce que Reira était une belle jeune femme et Wazzdaka un jeune homme en parfaite santé ?... Sûrement fut-il envahi par les nombreux instincts que l’homme a passé des millénaires à refouler, comme l’instinct de… conservation ? Cet afflux ne s’était pourtant manifesté que par une grande surprise, comment pouvait-on en déduire de telles théories ? Il n’y avait aucune preuve, juste un ressenti… Et le calme Olympien de Wazzdaka permit de contenir ces fameux instincts, une personne dotée d’une faible volonté en serait pratiquement devenue folle ! Vui, vui, vui, un homme un peu usé aurait véritablement craqué, pété un câble, devant tant de beauté ! Mais suffit les éloges, vous avez compris le message ! Razz

La seconde surprise fut de se faire renverser du thé bouillant dessus. Et on pouvait le dire, depuis quelques temps, le Juunin n’appréciait que moyennement les différents formes de chaleur. Mais en plus, il n’allait pas se balader dans la rue avec une telle tâche sur sa chemise, qu’allaient penser les gens, même si ça l’importait peu, il devait laisser une bonne image de sa famille ! Ce qui fit que la proposition de Reira de laver la chemise tomba à point nommé ! Il enleva donc sa chemise à la demande de la Jeune fille. Il fallait dire que la pudeur était quelque chose dont il été totalement dépourvu, il ne ressentait aucune gêne face au regarde des autres et quelque soit la tenue dans laquelle il se trouve. Il fallait dire qu’un ninja ne pouvait pas trop se permettre de jouer les timides, notamment en face de ses coéquipiers. Durant une mission de survie, quand on peut se laver, on le fait ! Pas besoin de se cacher derrière des buissons si c’est pour prendre un risque supplémentaire. En d’autres termes, Wazzdaka jetait tous les sentiments qui pouvaient nuire à sa profession de shinobi ! Mais il ne les récupérait même pas pour sa vie civile… Dans un sens, ça pouvait être drôle, dans un autre, ça pouvait être choquant. Mais c’était bien le cadet de ses soucis… Cependant, il ressentit une petite gêne à se déshabiller devant Reira, pourquoi ? Et bien peut-être car elle en semblait complètement retournée… Elle ne savait plus où poser les yeux, ni où donner de la tête. Il s’excusa un peu en même temps qu’il retirait sa chemise…


« Je suis désolé si je te dérange, je peux passer un autre jour si tu préfères, car on dirait que tu attends de la visite et je ne voudrais pas m’imposer, ni déranger qui que ce soit d’ailleurs… »

Sur le coup, Wazzdaka remarqua que Reira le regardait maintenant bien directement, et qu’elle semblait un peu… Sur la lune ? Car elle venait de prendre soudainement conscience de quelque chose et s’arrêta net. À quoi pouvait-elle bien penser ? Le Juunin eut d’ailleurs un sourire en voyant tous les états par lesquels passait la pauvre Reira avant de parler, et on avait l’impression qu’elle faisait ça systématiquement ! Elle passait de la gêne, à la surprise puis à la hâte ! Décidément, cette fille était vraiment attachante, et Wazzdaka comprenait de mieux en mieux comment il avait put se lier d’amitié avec elle ! Et puis… Les amis du Juunin sont rares et bien souvent, ce sont des personnes formidables. On peut les compter sur les doigts d’une main mais leur valeur, elle, est inestimable !

Peut-être que Wazzdaka avait peu d’amis à cause de son tempérament si peu enthousiaste et si peu chaleureux ? Il était vrai qu’il n’avait rien de véritablement… Attirant. Mais en tout cas, il faisait toujours de son mieux pour protéger les gens qu’il aimait. Autant il était peu enthousiaste, autant il pouvait donner sa vie pour sa famille ou ses amis, avec le Buffle, jamais un secret ne sera trahit et ses épaules pouvaient porter tous les fardeaux du monde s’il le fallait, et si on lui demandait. Et sa patience était un véritable cadeau pour ceux qui lui demandaient service… Comme pour les missions d’infiltration ou de survie.


« Mais non, ne t'en vas pas ! Tu ne me déranges pas du tout ! Au contraire, je suis très très heureuse que tu aies bien voulu venir me voir, juste pour prendre de mes nouvelles ! Je... J'avais bien envie d'aller te voir chez toi pour voir si tu allais bien après ta mission, mais je ne savais pas si tu étais rentré... Ou même si tu te souvenais encore de moi u_u... »

Il poussa un soupir de soulagement à l’idée qu’il n’était pas venu pour rien, mais il fut d’autant plus surpris d’apprendre que Reira serait venu lui rendre visite de son propre chef. Par contre, jamais il n’aurait put l’oublier, vu le nombre d’amis qu’à le Juunin, il ne pouvait pas les oublier ! Reira encore moins que les autres !! Puis elle passa d’une courte déprime, à un moment de joie puis à une surprise totale ! Vraiment, elle était rigolote cette demoiselle. Elle bondit sur son téléphone et appela sûrement l’invité qui devait venir la voir. Qui cela pouvait bien être pour quelle l’accueille dans cette tenue ? Sûrement quelqu’un de très important… En tout cas, il se réjouissait d’être passé avant Razz

« Voilà, excuse-moi, mais j'avais oublié que ma mère devait passer. Ne t'inquiète surtout pas, tu ne me déranges absolument pas ! Je ne t'ai pas parlé depuis tellement longtemps, ça me fait très plaisir de te voir ! Euh... Je vais prendre ton tee shirt et le laver dans la cuisine Embarassed... Tu peux venir, si tu veux ! »

Wazzdaka tendit sa chemise à la jolie et gentille Reira ( Razz ), et la suivit doucement vers sa cuisine. Décidément, ces appartements étaient bien étroits, et Wazzdaka avait un peu de mal à passer les portes, il ne faisait pas très attention et se cognait souvent l’épaule contre la bordure. Cela n’était pas douloureux mais un peu bruyant. Effectivement, elle avait bien raison, elle avait un produit miracle car la tâche de thé partit très rapidement ! Quand Reira lui rendit sa chemise, elle sembla remarquer quelque chose. Wazzdaka ne comprit pas immédiatement, mais saisit bien vite qu’elle avait remarqué sa cicatrice…

« Que... Qu'est-ce que c'est que ça ? Qu'est ce qui t'est arrivé o_o ?! »

Elle semblait véritablement choquée et regarda le Juunin droit dans les yeux, attendant probablement des explications sur ce qui lui était arrivé. Mais malheureusement, c’est ça être un Ninja, mourir en mission n’a rien de rare et revenir avec des blessures l’est encore moins. Surtout quand on est Juunin et que les missions que l’on doit accomplir sont de plus en plus difficiles… Et les chasses au déserteur ne sont pas de tout repos. Cependant, Wazzdaka avait un énorme trou de mémoire par rapport à cette mission et il ne voulait pas inquiéter cette chère Reira. L’inquiétude ne lui allait pas bien…

« Ah… Cette cicatrice ?... Tu te souviens de la mission pour laquelle j’ai dû partir alors que l’on s’était à peine rencontré. Ah, pardon si je te tutoie, tu préfères que je te vouvoie ? Quoi que bref, en fait j’étais recruté pour une chasse au déserteur avec un Ninja d’Oto no Kuni. Après je ne me souviens que très mal de la mission, j’ai seulement des morceaux qui me reviennent en mémoire, sûrement le choc produit par la blessure ou quelque chose comme ça, je ne sais pas trop… Ce dont je me souviens, c’est qu’alors que nous touchions au but, mon coéquipier d’Oto m’a trahit et m’a attaqué dans le dos avec une puissante technique de type Katon… J’ai eu tout le dos brûlé et en ai souffert un moment. Mais on m’a vaguement soigné, d’où cette énorme cicatrice… Pardon, elle n’est pas très très belle… »

Wazzdaka eu un petit sourire triste, il espérait que cette cicatrice ne dégoutterait pas Reira. Après tout elle avait l’air coquette et n’aimait peut-être pas ce genre de « critères esthétiques ». Quoi que… Depuis quand Wazzdaka s’excusait-il de son apparence ? O_o – Narrateur étonné – Après ces quelques paroles, le Juunin remit sa chemise et la reboutonna silencieusement. Il ne savait pas trop quoi dire, après tout c’était le quotidien de tous les ninjas, il n’était pas le seul à qui cela devait être arrivé, et il pouvait s’estimer heureux de ne pas en être mort. Ce qui était sûr, c’est qu’il n’avait pas envie d’affoler Reira, ni de la rendre triste, c’était loin d’être la dernière fois qu’il irait en mission, et c’était loin d’être la dernière fois qu’il serait blessé… Oui c’était, très loin de l’être…

« Mais ne t’inquiète pas ! Je vais très bien tu sais, tout c’est cicatrisé normalement, ce n’est pas très beau, mais ça ne me fait plus mal du tout ! », dit-il en faisant quelques moulinets de ses bras avec un grand sourire. « Et puis je suis costaud ! C’est pas une petite blessure comme ça qui va m’envoyer dans l'au-delà !... »

Il jaugea un moment la réaction de Reira, elle semblait mitigée et Wazzdaka ne saisissait pas trop si sa tentative de la réconforter marchait ou pas… Enfin, du moment qu’elle ne remarquait pas qu’il était bien plus attentionné avec elle qu’avec son foutu père Razz. Après tout, rien que d’y penser, il savait qu’il se serait fait traiter de fils indigne ou de dragueur à la manque. Et il préféra ne pas prolonger cette pensée qui lui donnait déjà la migraine…

« Et toi ? Il a bien dû t’arriver des choses pendant tout ce temps ?... Non ? »

Maintenant c’était son tour de demander des nouvelles, après tout, il était venu pour ça ! Enfin, à la base… Il avait un peu oublié entre temps. Et pourtant, ce n’était pas dans ses habitudes ! Cette Reira devait lui avoir fait sacrément tourner la tête pour lui en faire oublier pourquoi il était venu… Rahlàlà, décidément, cette journée était magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Lun 8 Sep - 0:11

Je m'agaçais toute seule. Je n'étais donc pas capable de maîtriser mes émotions ? Je ne pouvais donc pas m'empêcher de rougir à tout bout de champs ?! J'avais à peine réclamer sa chemise à Wazz que je changeais déjà de couleur, raaah ! Je la saisissais presque du bout des doigts et me retournais aussitôt, cachant ainsi ma rougeur. Après l'avoir invité à me suivre, je m'appliquais donc à sortir tout mes ptits produits pour sortir LE produit miracle, THE best of the... Produits ménagers Razz ! Le nouvel Omojustsu !! (Purée, ça sonne bizarre chez les ninjas, à croire qu'ils ont des idées derrière la tête... xD *sort*) Ce magnifique produit qui lavait plus blanc que blanc mais on s'en fout parce que la chemise était bleue et qu'on va pas copier le sktech de Coluche ici ! Bref. J'avais enfin sorti mon produit miracle, je n'avais plus qu'à le passer à l'eau et à frotter. En quelques secondes, la tâche toute fraîche de thé disparut, laissant juste un peu d'humidité à sa place. Je ne pouvais faire mieux, à moins d'aller chercher le sèche-cheveux :/.

Je n'avais plus qu'à lui rendre, allez un peu de courage ! Je me retournais donc face à lui et lui tendis sa chemise sans un mot de plus. Je n'osais que lui jeter de brefs regards, encore troublée par la drôle de pulsion qui m'avait contrôlée tout à l'heure... Je n'osais plus ouvrir la bouche, ni même tourner la tête lorsque je l'entendais se cogner contre les portes. Il était trop costaud, le pauvre chéri ( ) ! Puis, je la vis. N'osant pas regarder Wazz dans les yeux, mes yeux glissaient sur l'arrière de son épaule et sur l'immense cicatrice qui l'ornait. Oh Mon Dieu ! Catastrophée, je me jetais vers lui pour pouvoir l'observer de plus près et le fixait d'un air apeuré. Le coeur battant, j'attendais de savoir ce qui avait bien pû lui arriver pendant tous ces mois d'absence... Tout ce que je savais, c'est qu'il avait dû partir en mission. Un autre ninja... ? Il allait bientôt me le dire.


- Ah… Cette cicatrice ?... Tu te souviens de la mission pour laquelle j’ai dû partir alors que l’on s’était à peine rencontré. Ah, pardon si je te tutoie, tu préfères que je te vouvoie ? Reira lui fit signe que non de la tête et l'empressa à continuer. Quoi que bref, en fait j’étais recruté pour une chasse au déserteur avec un Ninja d’Oto no Kuni. Après je ne me souviens que très mal de la mission, j’ai seulement des morceaux qui me reviennent en mémoire, sûrement le choc produit par la blessure ou quelque chose comme ça, je ne sais pas trop… Ce dont je me souviens, c’est qu’alors que nous touchions au but, mon coéquipier d’Oto m’a trahit et m’a attaqué dans le dos avec une puissante technique de type Katon… J’ai eu tout le dos brûlé et en ai souffert un moment. Mais on m’a vaguement soigné, d’où cette énorme cicatrice… Pardon, elle n’est pas très très belle…

Choquée. La jeune femme était choquée. Les lèvres entrouvertes, le regard exhorbité et fixé sur Wazzdaka, Reira n'en croyait pas ses oreilles. Quoi ?! Quelqu'un avait osé l'attaquer, lui ?! Et son coéquiper, en plus ! Ca n'était pas possible... Et pourtant, la cicatrice était bien réelle, présente sur tout le dos du jeune homme. La petite Chèvre tendit les mains vers cette peau complètement mutilée, l'effleurant des doigts. Elle admirait et examinait à la fois la blessure infligée au pauvre Wazz. Large et donc sûrement profonde, prenant place sur la presque totalité de son dos, il avait dû beaucoup souffrir après cette attaque en traître... Elle le plaignait et l'admirait à la fois, pour avoir su résister à l'attaque et ne pas en faire part maintenant, même si elle devait encore le tirailler à l'heure qu'il est... "Elle n'est pas très belle" ? Bien sûr que si ! Trop belle d'ailleurs. Et le voilà qui se rhabillait, comme pour la cacher. Reira eut une soudaine envie de l'en empêcher, sans bien comprendre pourquoi, elle n'en fit pourtant rien.

- Mais ne t’inquiète pas ! Je vais très bien tu sais, tout c’est cicatrisé normalement, ce n’est pas très beau, mais ça ne me fait plus mal du tout ! , dit-il en faisant quelques moulinets de ses bras avec un grand sourire. Et puis je suis costaud ! C’est pas une petite blessure comme ça qui va m’envoyer dans l'au-delà !...

La jeune femme ne pût s'empêcher de sourire à sa plaisanterie. Il essayait d'amoindrir la blessure qu'on lui avait infligé, mais Reira était devenue Médical-Nin pendant ce temps, elle savait très bien ce que cette cicatrice signifiait... L'attrapant par le bras, elle le tira doucement jusqu'à la salle de bain. C'était une bonne occasion pour mettre sa toute nouvelle spécialité à l'oeuvre.

- Au contraire, ta cicatrice est très belle Wazzdaka, et ça signifie qu'elle a dû te faire énormément souffrir. Sûrement encore maintenant, même si tu prétends le contraire. Je t'admire pour ton courage, mais il est temps de faire quelque chose.

Restant énigmatique sur ses dernières paroles, Reira emmena rapidement son invité vers sa salle de soin, j'ai nommé la salle de bain ! Farfouillant un peu partout dans ses placards, elle entendit Wazz derrière elle lui demander ce qu'elle avait fait pendant son absence. Un étrange sourire illumina ses lèvres et Reira se redressa, balança sa tête en arrière et lui répondit. "Eh bien justement, tu vas le voir !" Fière de son effet, elle replongea dans son placard... Et se cogna la tête. Laisse tomber Reira, tu n'arriveras jamais à être classe jusqu'au bout Razz ! Les joues un peu plus roses, Reira finit par sortir du placard son désinfectant. Ok, ça ne servait peut être à rien de désinfecter maintenant une plaie datant de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, mais ça ne risquait pas de lui faire de mal ! Mieux valait être prudent. La jeune femme se tourna à nouveau vers Wazz et armé de son coton imbibé de désinfectant, elle lui redemanda de se déshabiller. Elle avait l'impression d'être une de ces filles en manque d'hommes, qui feraient tout pour en avoir un torse nu dans sa salle de bain, mais ça n'avait rien à voir ! C'était purement professionnel. ... C'était évidemment pour ça que Reira le regardait avec autant d'insistance pendant qu'il renlevait sa chemise... xD

- [...] Je te promets qu'après, je te laisserai tranquille, mais je ne peux pas soigner ta blessure à travers le tissu :/.

Lorsqu'il eut fini de la retirer, Reira s'approcha de la peau martyrisée et y appliqua son coton, plus par acquis de conscience qu'autre chose. Wazzdaka ne trembla pas un seul instant, sûrement parce que la cicatrice ne devait même pas le picoter, pourtant la jeune femme ne pût s'empêcher d'admirer à nouveau la maîtrise du beau gosse qui était devant lui Razz. Secouant la tête, elle se reconcentra. Elle posa ses mains sur le haut de la cicatrice et concentra alors son chakra dans ses paumes, pour refermer cette blessure grossièrement soignée. Wazz devait s'inquiéter de ce qu'elle lui faisait dans son dos, il était temps de le lui expliquer !

- En fait, quelques jours après que tu sois parti pour ta mission, je me suis enfin décidée à devenir une Médical-nin et j'y ai réussi. Alors du coup, je vais pouvoir t'effacer cette cicatrice, ta peau sera comme neuve =) !, Lui dit-elle joyeusement, puis redevint pensive. ... Ce n'était pas une vraie partie de plaisir à vrai dire. Heureusement que Mia était avec moi ! Elle aussi est devenue Médical-nin, tu sais =D ? Mais elle a disparu de la circulation... Peut être qu'elle n'a pas supporté ce que Kiri nous a fait endurer dans ses geôles...

Une vague de souvenirs atroces me revinrent. Cette cage, cette machine qui nous électrifiait toutes les secondes, ces longues heures passées à "résister", l'heure de la libération, le traumatisme... Maintenant, je ne pouvais même plus m'approcher de l'électricité de l'appartement, c'était plus fort que moi. J'avais peur que "ça" recommence... Alors peut-être que Mia était partie de Kiri par la suite, je n'avais pas pû la recontacter depuis... Le regret m'emplissait le coeur, c'était vraiment dommage, j'aurais voulu la connaitre un peu mieux. Puis, je revins sur Terre. Wazz devait m'observer, depuis tout à l'heure ! J'avais beau continuer de le soigner, il devait s'étonner de me sentir si silencieuse depuis tout à l'heure ! Je déplaçais maintenant mes paumes sur le bas de son dos, j'avais presque soigné entièrement sa cicatrice.


- Enfin, ne t'inquiète pas, on a survécu ! Ce qui nous manquait le plus, c'était de ne pas avoir de beau geôlier comme toi, par exemple Razz !, Lança t-elle pour dédramatiser l'atmosphère, en se rendant compte tout à coup qu'elle l'avait dragué o_o. ... Euuuh, ne vas pas croire que je te draguais, je plaisantais bien sûr ! Enfin non je ne plaisantais pas parce que c'est vrai quand même, mais mais mais... Mais c'était pas du tout mon intention !

Alors là, bravo ma fille -__-'. Tu voulais simplement plaisanter et voilà que tu te retrouves ENCORE dans une situation bien gênante... Tu as le chic pour ça, c'est pas possible ! Ta maladresse est vraiment légendaire, à la fois physique et morale ! Et maintenant, tu vas faire quoi, hein ? Tu vas rester comme ça, aussi rouge qu'une tomate, les yeux rivés sur ta brosse et coincée dans la salle de bain... ? Ben oui, parce que ton beau Wazzdaka, il est juste devant l'entrée ! Tu ne peux pas t'enfuir cette fois, c'est bête hein... ?
Mon dieu, qu'allait-il penser de moi... ? Je n'osais même pas l'imaginer, ni même le regarder. Pourvu qu'il ne décide pas lui aussi de ne plus venir me voir ! La peur me prenait au ventre et c'était le coeur battant, que j'attendais de voir sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Sam 13 Sep - 20:35

[ Désolé c'est un peu space, mais j'ai fait de mon mieux. Si tu préfères faire autre chose, je peux refaire le post =) ]

Décidemment, Reira était adorable ! Il lui suffisait de voir une cicatrice pour s’inquiéter de l’état de santé de Wazzdaka. Et en général, peu de gens s’inquiétaient réellement de son état de santé… À part peut-être sa famille, mais le Juunin était déjà très proche de sa famille et même si on ne le voyait pas au travers de tous leurs débordements excessifs, c’était une famille très très unie. Pourtant, cela lui restait assez étonnant… C’est le travail d’un ninja de risque sa vie, au même titre qu’un soldat, qu’un pompier ou qu’un sauveteur. Même si le monde des ninjas était bien plus brutal, on ne s’inquiétait que peu de l’état de santé des shinobis de Kiri. Après tout, le plus important est de remplir sa mission, à tout prix ! Une blessure ne doit pas arrêter un ninja digne de ce nom. Et pourtant, Wazzdaka était revenu gravement blessé et avait échoué dans sa mission… Il ne ramenait que la honte et l’échec… Et le Juunin haïssait l’échec, il ne pouvait se le permettre ! Qui accepterait d’engager un perdant ? Même si l’on risque sa vie, c’est, paradoxalement, ce métier qui fait vivre le ninja. Et il devrait recommencer, sans cesse, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite, ou qu’il en meure… Le jeune homme acceptait ce mode de vie, et même s’il ne se transposait pas très loin dans le futur, il ne se faisait pas d’illusions. Les soins précaires qui lui avaient été apportés étaient insuffisants. S’il était moins endurant, moins fort, il en serait mort… Pour survivre dans ce monde, il faut être le plus fort ! Mais protéger celui qui était moins fort était aussi un devoir pour Wazzdaka. Ne supportant pas l’injustice, il ne pouvait se résoudre à tuer ou à laisser mourir une personne qui ne le méritait pas…

Et la vue de cette grosse cicatrice semblait désorienter la pauvre jeune fille. Préférant épargner de la tristesse à Reira, Wazzdaka se rhabilla et joua le petit numéro de l’homme fort qui ne se laisserait pas abattre. Il n’avait pourtant pas l’habitude de s’inquiéter ou de préserver les gens. Mais… Il avait envie de protéger la jeune femme, de la tristesse et de la douleur. Elle était son amie, sa seule amie… Même s’il ne comprenait pas pourquoi il agissait différemment avec elle, il préférait écouter son cœur plutôt que sa raison. Même si se montrer faible face à un autre ninja était honteux, face à un autre être humain, ce n’était pas pareil et surtout face à une jeune demoiselle ! Mais, Reira eu une étrange réaction et tira Wazzdaka vers ce qui serait une salle de bain…


« Au contraire, ta cicatrice est très belle Wazzdaka, et ça signifie qu'elle a dû te faire énormément souffrir. Sûrement encore maintenant, même si tu prétends le contraire. Je t'admire pour ton courage, mais il est temps de faire quelque chose. »

Belle ? Cette affreuse cicatrice ? Cette peau gonflée et ces tissus tendus, rosâtres ? Certes, la souffrance était telle qu’il était incapable de s’évanouir, mais d’autres ninjas avaient bien plus souffert que lui ! Il ne pouvait pas se permettre de se plaindre, être courageux, pour un homme, c’était la moindre des qualités. C’était même la première qualité qu’on lui demandait d’avoir. Dans l’imaginaire populaire, l’homme devait être courageux et viril… - Et sans me vanter… J’ai les deux ! * sort * -

« Et toi ? Il a bien dû t’arriver des choses pendant tout ce temps ?... Non ? », demanda-t-il pendant que Reira fouillait dans ses placards.

Effectivement, depuis qu’il était arrivé, la conversation ne tournait qu’autour de lui ! Et il était venu prendre des nouvelles, pas uniquement en donner ! Mais là, tout de suite, il était fasciné par le bas du dos de Reira qui allait et venait dans ses recherches au fonds de placards et de tiroirs. Une Reira baissée, rien de mieux pour remonter le moral ! Razz


« Eh bien justement, tu vas le voir ! »

Ah ? Et bien, il en aurait vu des choses aujourd’hui ! Un petit « poum » retentit. Apparemment, la pauvrette s’était tapé la tête pendant qu’elle cherchait… Lorsqu’elle se retourna vers Wazzdaka, les joues roses, il ne put retenir un sourire. Mais fut vite intrigué par une bouteille de désinfectant que Reira tenait entre ses deux… Mains ! Oui, oui, mains ! – Remonte le regard – Ainsi que du coton ! Et chose plus étrange encore, elle lui intima l’ordre de retirer sa chemise, à nouveau ! Légèrement suspicieux, il obéit. Il se demandait bien ce qu’elle comptait faire avec son désinfectant et son coton sur une cicatrice de quelques mois… Elle comptait vraiment soigner sa blessure ? Cette terrible affliction qui s’était abattue sur lui ? Mais comment pouvait-elle ? Il sentit tout de suite après le contact froid du désinfectant sur sa cicatrice, mais à quoi bon ? Il ne comprenait vraiment pas l’intérêt ! Soudainement, et ce qui le surpris réellement, c’était la chaleur d’une concentration de Chakra sur la peau de son dos. Ce chakra était apaisant, doux, tellement agréable… Une douce sensation de bien-être l’envahi et tous ses muscles, - jusqu’à ceux des paupières ! – se détendirent, et il s’abandonna à cette douceur. Fermant les yeux, et se laissant agréablement faire entre les mains expertes de Reira - I love you -.

« En fait, quelques jours après que tu sois parti pour ta mission, je me suis enfin décidée à devenir une Médical-nin et j'y ai réussi. Alors du coup, je vais pouvoir t'effacer cette cicatrice, ta peau sera comme neuve =) ! »

Incroyable, c’était incroyable… Mais comment avait-elle obtenu ce don divin ? Elle était Médical-Nin… Ce qui demandait un contrôle parfait de son chakra, jusqu’à la moindre molécule. Il ne fallait pas simplement être précis et intelligent pour saisir le fonctionnement des soins par le chakra. Il fallait être un véritable génie ! Reira, qui paraissait si faible était-elle vraiment si… forte ? Mais ce n’était pas tellement étonnant, on ne devient pas Juunin par l’acte du saint esprit. Mais son ton joyeux, sembla sombrer dans une certaine douleur, à quoi pensait-elle donc… ?

« ... Ce n'était pas une vraie partie de plaisir à vrai dire. Heureusement que Mia était avec moi ! Elle aussi est devenue Médical-nin, tu sais =D ? Mais elle a disparu de la circulation... Peut être qu'elle n'a pas supporté ce que Kiri nous a fait endurer dans ses geôles... »
« Ce que Kiri vous a fait endurer dans ses geôles ?! »

Wazzdaka sentit ses muscles reprendre leur vigueur et leur raideur naturelle, il était à la fois étonné… Et énervé. Comment la jolie et adorable Reira avait elle terminée dans les geôles de Kiri ? Et… Qui était Mia ? Wazzdaka fouilla chaque parcelle de son esprit, jusqu’à la plus petite, mais ne retrouva aucun souvenir de cette « Mia ». Absolument aucun ! Il n’arrivait même pas à poser une image sur ce nom !... Si Reira lui parlait d’elle, c’est que Wazzdaka devait la connaître, l’avait forcément rencontré ! Mais… Pourquoi est-ce qu’il n’arrivait pas à se remémorer son visage ? Il se sentit frustré, cette blessure lui avait décidément pas mal vidé la tête ! C’était intolérable de perdre autant de souvenirs !... Mais il préféra ne pas faire part de cet oubli à la jeune femme, ne voulant pas l’affoler plus. Aussi, il choisit d’ignorer tout ça, et de s’abandonner de nouveau à cette sensation de bien-être, cette impression de posséder une nouvelle peau, neuve, propre, souple… Il retrouvait les sensations au niveau du dos, des sensations qu’il avait en effet perdues… Il ne sentait plus la moindre sensation sur la partie brûlée de son dos, il avait perdu le sens du « toucher » à cet endroit précis. Et sentir la chaleur de l’air, le souffle de Reira, le rendait d’autant plus heureux. Qui aurait put le croire ? C’était tout simplement… Miraculeux.

« Enfin, ne t'inquiète pas, on a survécu ! Ce qui nous manquait le plus, c'était de ne pas avoir de beau geôlier comme toi, par exemple ! »
« Hu ?!... »


Wazzdaka laissa s’échapper un bruit de surprise presque animal, et il était devenu rouge comme une cape de toréador ! Heureusement que Reira était derrière lui, car il n’aurait pas su où se mettre en sentant tout cet afflux sanguin dans ses pommettes !

« ... Euuuh, ne vas pas croire que je te draguais, je plaisantais bien sûr ! Enfin non je ne plaisantais pas parce que c'est vrai quand même, mais mais mais... Mais c'était pas du tout mon intention ! »

Il ne savait vraiment plus où se mettre… Mais… Elle le trouvait beau ! Au fait, c’est quoi le « beau »… ? Oui, car Wazzdaka ne s’était jamais vraiment posé la question… Il n’avait jamais particulièrement à se faire remarquer et ne pensait pas avoir un physique si remarquable. Les femmes ne tombaient pas à ses pieds et dans tous les cas, il n’avait jamais espéré un évènement de ce genre. Pourtant, Reira venait de lui faire un grand compliment qui le mit immédiatement dans l’embarras, sentant son cœur battre la chamade. Des compliments, on ne lui en faisait pas souvent… Mais il ne voulait pas en rester là, rester bloqué dans ce silence. Alors, il lança d’une voix fuyante…

« … Tu es plutôt jolie, toi aussi… »

Il l’avait fait ! O.O !! Même si le compliment pouvait ne pas paraître si énorme à une personne extérieure, un proche de Wazzdaka aurait tout de suite été… le cul par terre ! Jamais, le Juunin n’avait complimenté quelqu’un de façon directe ou indirecte… Mais il resta bloqué ainsi quelques instants, le temps de reprendre contenance. Mais, il repensa à ce que Reira avait dit à propos des geôles de Kiri, et même si elle lui demandait de ne pas s’inquiéter, il venait de comprendre pourquoi elle avait tant changée, pas physiquement, ni moralement ! Mais… Wazzdaka sentait quelque chose de différent en elle, il avait la sensation que quelque chose s’était brisé en elle.

Et poussé par une force inconnue, il se retourna vers Reira, l’air grave… Il tendit un bras vers elle, puis deux. Il ne comprenait pas ce qui le faisait agir ainsi, la pitié ? La tristesse ? Il ne le savait pas, mais, il passa ses bras derrière le dos de Reira et la serra délicatement, tendrement contre lui. Ses lourds bras capables de briser les os n’étaient plus que douceur… Le guerrier était devenu… Une peluche. Il ferma les yeux quelques instants, profitant du moment présent, du contact de Reira. Elle pouvait-être terrifiée par le geste du jeune homme, mais il ne forçait pas, elle aurait facilement put s’échapper d’entre ses bras. Mais il voulait juste se faire rassurant…


« J’imagine que tu as dû énormément souffrir… Je suis désolé… »

Il ne savait plus trop comment réagir, son cœur s’emplissait d’une certaine nostalgie. Il avait l’impression d’être redevenu un petit garçon… Il n’était pas très sociable, il parlait peu et ne savait pas trop comment réagir en société. Etait-ce un pas vers la socialisation ? Ou vers des sentiments bien plus compliqués ? Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait, mais il ne trouvait pas ça désagréable, alors, il ne chassa pas ce sentiment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Lun 15 Sep - 16:02

Si j'avais pû rentrer sous terre ce jour-là, je n'aurais pas hésité une seconde, croyez-le bien ! Jamais je n'avais été dans une situation aussi embarrassante que celle-là ! Habituellement, je faisais déjà tout pour qu'on ne me remarque pas, pour être aussi discrète que possible alors là, c'était le pompon... Et le pire, c'est que je ne l'assumais même pas ! Je n'osais pas le regarder, fixant bêtement ma brosse à cheveux, toute mauve, tout bête, toute inutile... Euh... Sauvez-moi ? C'est ça qu'on dit dans ces moments-là ? Je n'avais qu'une idée en tête : me sauver ! Mais Wazzdaka me bloquait le passage, c'était à lui seul de décider de donner une suite à cette gênante situation ou non. Je n'avais même pas le courage (mot qui ne faisait pas partie de mon vocabulaire d'alors) de tourner la tête vers lui, je ne pouvais donc pas savoir que lui aussi était rouge comme une pivoine ou tout du moins, de voir ses muscles raidis dans son dos. Tant pis pour toi, t'as perdu une occasion en or pour le matter !

Le silence se faisait de plus en plus pesant. Je me balançais d'un pied sur l'autre, ne sachant que dire. Parfois, j'ouvrais la bouche pour dire quelque chose, mais la refermait bien vite par manque d'idées. Le silence perdurait, je commençais par avoir vraiment peur pour notre... relation. Après tout, je m'étais vraiment attachée à lui, depuis le temps. Je n'osais alors pas m'avouer jusqu'à quel point, mais je savais que je me sentirai complètement détruite si jamais il sortait de ma vie maintenant u_u... Pas maintenant qu'il était venu me retrouver ! Pas maintenant qu'on pouvait enfin se revoir un peu plus ! ... Pas maintenant que je L'avais enfin retrouvé... ! La gorge serrée, je me rappelais vainement qu'il avait été étonné par mes révélations sur la façon dont Kiri éduquaient leurs futurs Médical-Nins. Je lui avais à peine ébauché notre situation, à Mia et à moi, que sa voix avait changé de ton. A la fois étonnée et... Passablement agacée, on aurait dit. Je ne savais pas pourquoi. Et si la situation avait continué ainsi, je ne l'aurais sûrement jamais su... Mais le temps du silence était terminé, des sons sortirent de la gorge du pauvre Wazzdaka.


- … Tu es plutôt jolie, toi aussi…

... QUOAAAAAAAAAA O.O ??? Qu'est-ce qu'il avait dit, là ?! Que j'étais... Plutôt jolie ?! Mais c'est quoi ce mec qui sait pas reconnaître la Beauté ? Elle est CANON ma Reira !! xD Alors là, alors là... ! J'en étais soufflée. Non seulement je n'avais jamais entendu Wazz faire un quelconque compliment, mais en plus, je n'en avais jamais entendu moi-même à mon égard ! In-cro-ya-ble o_o. Là, ça valait le coup de le noter dans mon journal ! "Cher journal, aujourd'hui, Wazzdaka est venu à la maison et il m'a dit"... Quoi, c'est pas le moment ? Ok ok, on le fera plus tard Razz.

Je tombais des nues. Il me trouvait jolie... ? J'étais jolie, moi ? Je... Je lui plaisais... ? Je n'arrivais même pas à rougir, tellement j'étais surprise. Je devais simplement avoir les yeux exhorbités, fixés sur la nuque de cet étrange jeune homme. Je n'en revenais pas. Mes neurones refusaient catégoriquement de se connecter entre eux. Et qu'est-ce qu'il fallait dire dans ces cas-là, au fait ? ... J'étais vraiment une novice, dans ce genre de chose. Note pour plus tard : demander à Maman comment gérer ce genre de relations.


- Euh... ... Merci Embarassed ?, Lui répondit-elle, presque à tout hasard.

Reira avait à peine ouvert la bouche qu'elle la refermait presque aussitôt : elle ne voyait déjà plus quoi dire et encore moins quoi faire pour rompre ce moment de gêne, sans oublier que son petit coeur lui jouait un morceau endiablé depuis de longues minutes. Et pour couronner le tout, ses joues restaient aussi colorées que lorsque Wazz l'avait complimentée. A vrai dire, elle entendait encore sa voix vriller et vriller à nouveau dans ses oreilles. Mais... Et maintenant ? Que devait-elle faire ? Continuer sur sa lancée ou trouver rapidement un autre sujet de conversation, pour noyer le poisson ? Plutôt la poiscaille ! Mais en attendant de le trouver dans le vide stellaire qui habitait pour l'instant dans son cerveau, la jeune femme passait et repassait sa main dans ses cheveux, ne sachant que faire. C'était sa manière à elle de se calmer, de réussir à maîtriser à nouveau ses nerfs... Ben c'était pas gagné !

Hésitante, la Juunin allait rouvrir la bouche pour rompre ce drôle de silence, quand Wazzdaka se retourna tout à coup. Il avait l'air soucieux. Le coeur de Reira s'emporta tout à coup, comme mué par un pressentiment. Puis, sans comprendre, elle vit d'abord son bras droit s'approcher d'elle. Hu ? Qu'est-ce qu'il voulait ? Qu'elle s'y accroche ? Eh bien non, elle restait plantée là, hébétée, à fixer ce bras qui avançait vers elle. Bientôt, il fut suivi de son semblable et ensemble, ils enserrèrent délicatement la jeune femme contre leur possesseur. Doucement, Wazzdaka l'attirait vers lui et la serrait contre son corps, les bras chargés d'une douceur inconnue. Le premier instant de stupeur passé, la jolie Reira n'hésita pas longtemps et s'avança vers Wazz, glissant elle-aussi ses bras dans son dos et le serra tendrement contre elle. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas eu de câlin ! Et surtout un câlin comme celui-là, elle ne se rappelait pas en avoir jamais eu...

Emue jusqu'au plus profond de son coeur, la jeune femme se laissa aller et se glissa dans ce moment de tendresse avec tout le bonheur qu'elle ressentait. Fermant les yeux, elle posa sa tête contre l'épaule du jeune homme, heureuse de vivre un tel instant. Et bien sûr, comme pleinitude ne rime pas avec retenue, ses larmes se mirent à couler doucement, régulièrement, sans bruit. Cela faisait tellement longtemps qu'elle était seule, sans personne à qui parler, que ce moment de bonheur était trop intense pour que ses émotions ne filtrent pas à travers ses yeux. Elle resta longtemps contre lui. Combien de temps, elle n'aurait su le dire, c'était à la fois une éternité et un laps de temps très court. Elle aurait voulu qu'il dure toujours...


Finalement, note pour plus tard : au diable Maman et ses conseils ! Je ne lui raconterai rien du tout !
Malheureusement, en me relevant, je vis que mes larmes avaient mouillé la chemise de Wazz, j'étais vraiment incorrigible ! (Et encore t'as de la chance, c'était pas un mascara qui coule comme portent toutes les filles Razz ! ... C'est con une fille. xD) Je n'osais pas vraiment le regarder droit dans les yeux, surtout avec la tête que je devais avoir en ce moment, je préférais chercher du regard un mouchoir ou n'importe quoi de ce genre ! Rien, évidemment. J'oubliais que je n'en laissais jamais dans la salle de bain, je finissais toujours par les tremper.


- Excuse-moi, j'ai un peu trempé ta chemise, c'est idiot. Suis-moi, je vais bien finir par trouver un mouchoir dans cet appartement !

Et la jeune femme s'éloignait vers la pièce d'en face, un peu honteuse de s'être laissée emporter comme ça devant lui. Arrivée dans sa chambre, Reira fonça vite à sa table de nuit, sécha rapidement ses larmes, prit quelques mouchoirs et se retourna alors vers son beau geôlier de salle de bain Razz. S'avançant vers lui, Reira s'excusait encore de sa maladresse et de s'être laissée aller comme ça, elle n'avait pas fait exprès et... Bref, ça ne servait à rien. C'était déjà fait et elle le savait. Sa chemise plus ou moins séchée, la jeune femme s'assit timidement sur son lit et l'invita à s'y asseoir, en tapotant à côté d'elle.

- Tu ne veux pas venir ? Tu y serais mieux que debout, tu sais..., Osa t-elle après toutes ces péripéties. Elle hésitait. Une envie lui titillait les lèvres, mais elle n'osait pas la dire. Un petit silence s'installa à nouveau, jusqu'à ce qu'elle prit une grande inspiration et se jeta à l'eau.
Ecoute, ça va te sembler bizarre mais je sens que je dois te le dire. Je...Son coeur se mit tout à coup à faire des bonds immenses dans sa poitrine, veux-tu te calmer, toi ?!
Je voulais te dire que je tenais beaucoup à toi et que je ne voulais plus que tu partes si loin de moi aussi longtemps ! Voilà c'est dit. Tu vois, c'est idiot !, Dit-elle d'une traite. C'est idiot... Mais c'est ce que je ressens... Tu ne m'en veux pas, dis ? Ce n'est pas que je veuille te coller, non ! *Enfin si !* Mais c'est juste que, si tu dois bientôt repartir, en mission ou autre chose, eh bien... Eh bien j'aimerais venir avec toi. Je te promets que je ne serais pas un poids ! Je marcherai loin derrière, je ne te gênerai pas ! ... Enfin, j'essayerai...

C'était idiot. Elle avait juste dévoilé son coeur d'un coup, juste enfin accepté ce qu'elle ressentait depuis des mois, ce manque qu'elle ressentait et l'avait "juste" dit à la personne que ça concernait. C'était pas grand chose en effet, c'était idiot... Mais pas tant que ça en fait. Et c'est bien pour ça que le coeur de la jeune femme battait comme jamais, douloureusement, dans sa poitrine, attendant la réponse fatidique. Evidemment, s'il n'acceptait pas, elle ne lui en voudrait pas. Il avait le droit de ne pas vouloir la voir autant, c'était déjà extraordinaire qu'il veuille bien venir la voir ! Mais elle était trop gourmande. Il lui offrait déjà beaucoup de bonheur, elle en demandait toujours plus. Incorrigible, elle le savait. Qu'il n'y avait presque aucune chance pour qu'il accepte, elle le savait aussi. Mais elle ne pouvait s'y résoudre. Son coeur s'entêtait à vouloir espérer. A penser que "peut-être que"... ? Reira releva les yeux et les planta dans ceux de Wazzdaka.

- ... Tu veux bien ?

[Bon, c'est pas génial non plus, mais on fera avec Razz ! Enfin, j'espère qu'on pourra !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 17 Sep - 23:14

Cela faisait déjà un moment que Wazzdaka était chez Reira, et jamais il n’aurait put imaginer que les choses se déroulent de cette façon, jamais… Cette journée était remplie de péripéties, de rebondissements et de surprises toutes aussi magnifiques les unes que les autres ! Vision de Reira à moitié nue, une tasse de thé sur la chemise, une partie d’exhibitionnisme, une affreuse cicatrice effacée, un gros câlin et… Une partie de larmes. Le jeune homme, torse nu dans la salle de bain de la Juunin, avait droit à un soin de la peau réparateur extrêmement agréable et aux vertus véritablement miraculeuses, la peau du dos de Wazzdaka ressuscitait littéralement et il retrouvait toutes ses sensations sur cette partie du corps ! Les douces mains de la jeune femme étaient un vrai réconfort, un véritable… plaisir ! Le Juunin se sentait rassuré, il se sentait plus vivant que jamais… Jamais il ne s’était autant attaché à quelqu’un, jamais il n’avait ressentit de tels sentiments pour quelqu’un… Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais !

« Enfin, ne t'inquiète pas, on a survécu ! Ce qui nous manquait le plus, c'était de ne pas avoir de beau geôlier comme toi, par exemple !... Euuuh, ne vas pas croire que je te draguais, je plaisantais bien sûr ! Enfin non je ne plaisantais pas parce que c'est vrai quand même, mais mais mais... Mais c'était pas du tout mon intention ! »

C’était bien la première fois qu’on le draguait ! Ou plutôt, c’était la première fois qu’il ressentait un tel effet après un si petit compliment ! Wazzdaka était rouge, il avait rougit jusqu’aux oreilles ! Lui, d’habitude si calme, si posé… Si nonchalant et distant ! Son cœur battait comme jamais… Reira lui faisait un tel effet… Parce qu’elle était belle ? Gentille ? Patiente ?... Qu’est ce qui pouvait bien lui faire autant d’effet chez elle ?! Ce qui était sûr, c’est que de toute sa vie, jamais Wazzdaka n’avait vu plus belle jeune femme ! Un visage angélique, une voix douce et agréable, des magnifiques cheveux, des formes en veux-tu en voilà… Une BOMBE SEXUELLE ! Rien d’autre à dire ! Qui ne pouvait pas se sentir attiré par une telle créature de rêve ? Il recevait un compliment, mais que pouvait-il répondre ? Tout cela en restant délicat et dans l’inexpérience totale de l’art du « compliment » !

« … Tu es plutôt jolie, toi aussi… »
« Euh... ... Merci ? »


Décidément, Reira était trop trop mignonne… Pourtant il était resté dans le classique, c’était un tout petit compliment. Mais le Bubuffle était juste maladroit avec les mots, il aurait put dire bien plus ! S’il avait seulement osé, et puis, c’était indécent. Cela ne se fait pas ! Cependant, il s’inquiéta tout à coup de la pauvre Reira… De sa santé, de son mental, de ce qu’elle avait vécu et qui semblait l’avoir transformé. Elle n’était plus tout à fait comme avant, et Wazzdaka le ressentait. Une drôle d’empathie qu’il n’avait ressentie auparavant ! Alors, il se contenta d’écouter son cœur, qui lui parlait bien plus que d’habitude et il se leva… Il ne voulait plus qu’une chose, rassurer la jolie Reira, lui prouver qu’il tenait à elle et qu’il ne voulait plus qu’elle souffre. Qu’elle n’était plus toute seule !

Alors, il se retourna et s’approcha doucement, souriant, il tendit un bras, puis un autre… Il se sentait apaisé, tranquille, alors il passa les bras derrière le dos de Reira et la tira doucement contre lui, pour la serrer aussi tendrement qu’il pouvait. Et son geste fut réciproque, la deuxième sensation que reçut son dos nu depuis la guérison de sa blessure, fut la douceur des mains de la jeune femme sur sa peau. Wazzdaka sentait la peau douce et parfumée de Reira contre lui, sa tête reposant sur son épaule massive… Ce contact était si agréable qu’il aurait voulu que ça dure toute l’éternité… Et les larmes de la Juunin lui permettaient aisément de penser que ce sentiment était réciproque. Ces larmes ne lui donnèrent envie que de la protéger toujours plus, alors il se balança doucement de droite à gauche dans un doux mouvement, comme pour la bercer.

Lui ne pleurait pas, mais son cœur battait de plus en plus fort… Toujours plus fort ! Depuis qu’il était arrivé, ses émotions se développaient de plus en plus ! Reira lui offrait une autre vision du monde ! Une autre vision de la vie. Comment ? Pourquoi ? Lui qui était si souvent imperméable aux sentiments ne pouvait pas répondre… Mais une fois que la crise de larme de la jolie jeune fille fut terminée, Wazzdaka relâcha légèrement son étreinte et la laissa, à regret, s’éloigner de lui. Sur son visage de porcelaine perlaient encore quelques larmes, une vision terriblement attendrissante !


« Excuse-moi, j'ai un peu trempé ta chemise, c'est idiot. Suis-moi, je vais bien finir par trouver un mouchoir dans cet appartement ! »

Et il ne se fit pas prier, au contraire, il la suivit de près, ne voulant pas la quitter ! Même pas d’une semelle !Après tout, pourquoi l’aurait-il fait ? Mais, que pouvait-il faire maintenant ? Que pouvait-il lui dire ? Il ressentait une sensation très étrange, qu’il ne connaissait pas ! Du… Désir ? Peut-être… Il ne le savait pas, il n’avait jamais ressentit ça auparavant, comment donc aurait-il put juger ? Tout ce qu’il savait, c’est qu’ai côté de Reira, il était différent. Plus attentionné, plus tendre… Plus humain ! Mais il devenait aussi presque timide… Il se sentait apaisé, et son cœur battait la chamade ! Qu’est ce que ça pouvait bien être ? De l’amour ?... Lui qui pensait que ça n’arrivait qu’aux autres…

Alors, le Juunin suivit la jeune femme, presque automatiquement, il lui emboîta le pas ! L’accompagnant dans sa chambre, et la laissant sécher ses larmes avec quelques mouchoirs. Il ne savait toujours pas quoi dire, ni quoi faire. Et Reira continuait à s’excuser pour des raisons plus ou moins fumeuses, elle passait vraiment son temps à s’excuser pour un oui ou pour un non ! Mais ça ne la rendait que plus mignonne… Voir ses jolies petites pommettes blanches devenir toutes roses ! Quand elle eut fini de s’excuser, elle posa son magnifique derrière rebondi sur son lit – xD - ! Et invita Wazzdaka à s’asseoir à côté d’elle ! Emballé par cette invitation, le jeune homme obéit, les joues un peu roses à cause de vilaines pensées de mâle Razz !


« Tu ne veux pas venir ? Tu y serais mieux que debout, tu sais... »
« Si ! Merci beaucoup ! »


Wazzdaka s’assit donc aux côtés de Reira, son propre derrière s’enfonçant doucement dans le matelas afin de lui laisser plus de confort, l’esprit toujours embrumé par des sentiments qui prenaient le pas sur sa raison. Il n’était plus réellement lui-même, il le ressentait, mais ce n’était pourtant pas désagréable, pas désagréable du tout ! Dans le flot de sentiment qui l’envahissait ne se trouvait que des sentiments positifs ! Euphorie, bonheur, désir, amusement, timidité !... Il cherchait quoi dire à Reira, mais malheureusement, toutes ses pensées étaient focalisées sur son visage, au fond de ses yeux ! Par chance, la jeune femme prit la parole, elle semblait avoir quelque chose à dire ! Et on dirait presque que ça la tourmentait…

« Ecoute, ça va te sembler bizarre mais je sens que je dois te le dire. Je... »
« … Oui ?? »


À la fois emballé et effrayé par ce que Reira allait dire, il s’osait à imaginer des choses pas forcément fondées. Il n’arrivait pas à deviner ses pensées, et son cœur s’emballait encore plus ! Ce cœur qui était à la limite de l’explosion… Le temps semblait s’écouler avec une lenteur effarante… Wazzdaka ne savait vraiment plus quoi penser, guidé par des émotions contradictoires, sa conscience lui hurlant de se contenir et une autre de laisser échapper ce flot de sentiments… Mais après un laps de temps qui sembla durer une éternité, Reira reprit sa phrase !

« Je voulais te dire que je tenais beaucoup à toi et que je ne voulais plus que tu partes si loin de moi aussi longtemps ! Voilà c'est dit. Tu vois, c'est idiot ! C'est idiot... Mais c'est ce que je ressens... Tu ne m'en veux pas, dis ? Ce n'est pas que je veuille te coller, non ! *Enfin si !* Mais c'est juste que, si tu dois bientôt repartir, en mission ou autre chose, eh bien... Eh bien j'aimerais venir avec toi. Je te promets que je ne serais pas un poids ! Je marcherai loin derrière, je ne te gênerai pas ! ... Enfin, j'essayerai... »

De loin, ça ressemblait à une déclaration. De loin, Wazzdaka semblait normal, mais de près… Il n’était plus qu’un amas chaotique de sentiments totalement paradoxaux… Cette annonce lui faisait terriblement plaisir et son cœur semblait s’être arrêté de battre tellement il avait été surpris. Le temps avait comme cessé de s’écouler, comme pour lui donner cet instant ultime qui devance chaque décision importante qui pouvait changer le cours d’une vie… ou de plusieurs vies. Reira le regardait dans les yeux, et il en faisait de même, les magnifiques yeux de la jeune femme le troublait profondément… Il se perdait dans cet océan d’émotion, mais peut-être qu’en vérité, il se laissait emporter, ne cherchant pas à lutter face à une vague de bonheur. Mais il hésitait, comme le taureau face au toréador. Sentant jusqu’au plus profond de sa chair qu’il allait être esquivé, que chacune de ses actions ne feraient que le rapprocher de la fin de sa vie… Pourtant… Pourtant… Le taureau fonce toujours tête baissée, mettant toutes ses forces en avant. Pourquoi ? Parce que le guerrier ne recule devant rien… Que la mort n’est qu’une fin qui arrive tôt ou tard. Et que même caché derrière sa cape, le toréador ne lui échappera pas toute l’éternité…

« ... Tu veux bien ? »

Le temps avait repris son allure normale… Mais, comme mué par une force qui le dépassait, Wazzdaka s’approcha du visage de Reira, les yeux dans les yeux, un sourire rassurant sur les lèvres. Bien sûr qu’il voulait bien, comment pouvait-il refuser ? Dire non ne lui traversait même pas l’esprit, quelle lâcheté ce serait ! Mais comment le lui dire ? Ses lèvres entrouvertes n’arrivaient à produire aucun son, absolument aucun ! Il n’y avait que sa respiration pour parler… Hésitant, il s’approcha encore, et déposa un baiser sur les lèvres de Reira. Cela ne dura que quelques secondes, mais il put sentir les lèvres de la jeune femme contre les siennes, une sensation à la fois douce et agréable… Il venait de laisser s’échapper tout le flot d’émotion qui l’avait envahi dans ce baiser… Laissant passer à la fois ces sentiments entremêlés de doutes et d’espoirs. Mais il fut vite prit d’un recul, en se rendant compte de ce qu’il avait fait. Un peu perdu il tourna son visage vers l’autre côté de la pièce, en s’excusant fugitivement. Il avait été impulsif, c’était la première fois… Et ce geste pouvait marquer un tournant dans sa vie, comme l’enfoncer définitivement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Ven 19 Sep - 23:04

Papam... Papam... Papam... (Vive Dirty Dancing au passage \o/ !) Papam... Son coeur martelait la pauvre jeune femme depuis de longues minutes. Depuis que Wazzdaka était entré chez elle, en fait. Au début, elle avait "juste" accumulé les gaffes et son coeur traduisait ces bêtises en battements saccadés, c'était on ne plus normal. Mais maintenant, pourquoi continuait-il encore à accélérer ? Elle n'avait plus fait de maladresse ! Non, elle s'était juste écroulée en larmes dans les bras du jeune homme, elle pouvait en avoir honte mais pas son coeur ! Il aurait dû reprendre son rythme normal pendant ce câlin bien agréable, alors qu'il la berçait gentiment de gauche à droite... Et pourtant, Môssieur l'Organe-en-chef faisait encore des siennes. Et Reira s'interrogeait. Elle voulait savoir pourquoi. Pourquoi son coeur faisait-il tant son mariole en ce moment et pourquoi, surtout, se sentait-elle aussi bien à présent.

La jeune femme avait comme l'impression d'avoir tout d'un coup changé de vie. Elle qui s'était habituée à la déprime et à la dépression, voilà qu'elle se sentait d'un seul coup pleine d'énergie et de joie, sans oser comprendre pourquoi. Elle ne s'était pas plus posé de questions, c'était simplement parce qu'elle avait ENFIN un invité ! Enfin quelqu'un à voir, à qui parler ! Et bien sûr, que cet invité soit un beau garçon qu'elle appréciait énormément, cela n'avait rien à voir avec sa soudaine gaîté. Bien entendu. Alors pourquoi se posait-elle cette question, maintenant ? Pourquoi se demandait-elle subitement pourquoi donc elle lui avait dit tant de choses, à ce Wazzdaka ?

C'est vrai, c'est ce qu'elle ressentait au plus profond d'elle-même : c'était sorti tout seul parce qu'elle ne se mentait pas et avait envie de le lui dire. Mais maintenant qu'elle avait demandé au geôlier manquant à Kiri s'il voulait bien qu'elle l'accompagne dans toutes ses missions dans le futur, son petit coeur s'était soudainement remis à battre à toute vitesse. Et pourquoi donc ressentait-elle une telle tension dans son estomac... ? Pourquoi avait-elle l'impression que tout son bonheur ou son malheur dépendait à présent uniquement de cet homme-ci... ? Comment se faisait-il qu'il ait une telle emprise sur sa vie ? Ce n'était pourtant qu'un ami !

Un ami... En étais-je vraiment bien sûr ? Je n'avais jamais ressenti ça, pour un ami. D'accord, je voulais bien croire que je n'avais jamais été aussi proche de quelqu'un d'autre que lui, que je n'avais jamais été aussi en confiance qu'avec lui. ... Mais au fait, comment était-ce possible, ça ? Ce n'était que la deuxième fois que je le voyais de ma vie, ce type o_o ! La première fois, je l'avais rencontré au port, on avait longuement discuté pour finir chez lui je crois, mais c'était tout ! On avait dû discuter de quelque chose de vraiment important pour ça nous ait autant rapproché l'un de l'autre... Je ne m'en souvenais plus, d'ailleurs. Bah pas grave, ce n'était pas le plus important. Ce qui martelait mon esprit, c'était cette question "comment se faisait-il que je me sente si proche de Wazz, en à peine deux journées" ?! Alors que justement, je m'étais toujours sentie à l'écart, dans un autre monde par rapport aux autres !

Je ne comprenais pas. A vrai dire, je ne voulais plus comprendre. De longues secondes s'étaient écoulées depuis ma tirade et je voyais que Wazz avait enfin l'intention de me répondre. Les yeux brillants, je me perdais dans les siens, cherchant vainement un élément de réponse. Qu'allait-il me dire ? Pitié, qu'il accepte ! Je ne voulais plus me passer de lui. C'était la seule chose dont j'étais absolument sûre. Beh alors, il me répondait oui ou non ? Pourquoi se rapprochait-il tant de moi... ?

Reira commençait à comprendre. Affolée comme elle était, elle n'avait pas su lire convenablement dans le regard de Wazzdaka, mais cette tension qui s'installait entre eux ne pût la tromper plus longtemps. Elle n'osait y croire et pourtant, elle voyait la jolie bouche du jeune homme entrouverte se rapprocher de plus en plus de la sienne. Ce fichu coeur s'arrêta de battre au moins un instant. Puis, délicatement, les lèvres des deux jeunes s'unirent en un léger baiser, unique. Les yeux de la Juunin se rouvrirent et se posèrent dans ceux du jeune homme, émerveillée. Celui-ci se supporta pas son regard longtemps, il détourna vite la tête vers le côté opposé de la pièce et baragouina quelques excuses à son intention.

A peine rougissante, Reira posa ses doigts sur ses lèvres, comme pour s'assurer que ce merveilleux moment avait bien eu lieu. Un sourire lumineux s'étalait sur ses lèvres, incapable de dissimuler le bonheur qui venait de lui tomber dessus. Alors, ça voulait dire oui... ! Il voulait bien d'elle tout le temps ! Et mieux que ça, il l'avait... Il l'avait embrassée *.* !! Si des anges étaient descendus du ciel pour souffler dans leurs clairons, la Chèvre n'en aurait pas été plus surprise que ça ! Cette fois, c'était clair. Ces battements dans sa poitrine, ces rougeurs sur ses joues, ces sentiments intenses dans son estomac, ça ne pouvait être que ça : elle était a-mou-reuse. Sa mère lui en avait parlé un jour, mais elle n'aurait jamais cru que ça pouvait être aussi beau, aussi agréable. "Tu verras, c'est quelque chose d'unique ma chérie !" Ah ben ça, c'était sûr ! Elle n'avait jamais ressenti ça pour quelqu'un d'autre et maintenant qu'elle était sûre de ne pas être repoussée, elle n'allait pas se gêner pour en profiter ! Elle pouvait enfin assumer ses sentiments...

- Wazzdaka, tu n'as pas besoin de t'excuser ! C'était vraiment gentil, tu sais =). , Lui dit-elle avec un sourire empli de bonheur. S'il y en a un de nous deux qui doit s'excuser, c'est bien moi ! ... Pour ça.

La jeune femme se rapprocha d'un bond vers Wazzdaka, tendit sa main vers son visage et le retourna vers elle. Enfin rassurée sur l'affection du beau Juunin, Reira en devenait presque audacieuse. (J'ai dit "presque" ! Razz) Elle se rapprocha à nouveau de lui et l'embrassa au bas de la joue, puis presque aussitôt, elle déposa un nouveau baiser au coin de ses lèvres ; rouvrant à demi les paupières pour mieux admirer ce bel Apollon, elle les referma aussitôt et posa doucement ses lèvres contre les siennes. Voulant profiter de cet instant au maximum, elle le fit durer, durer et durer. La Chèvre était petite mais bel et bien gourmande ! Pourtant, les bonnes choses ayant toujours une fin, elle cessa d'embrasser l'élu qu'avait désigné son coeur et l'observa, un sourire toujours collé à sa bouche et des pomettes roses évidemment omniprésentes.

Elle ne savait plus quoi dire, maintenant. Comment faisait-on, dans ces cas-là ? On en parle directement ? On essaye d'en discuter à demi-mots ? On fait mine de rien et on parle d'autre chose ? Décidemment, la pauvre Reira ne connaissait absolument rien dans ce domaine. Il fallait pourtant qu'elle apprenne, et vite ! Que dire, que faire ? Il fallait qu'elle ouvre la bouche pour rompre ce silence, tout de même ! Pauvre petite, toute perdue Razz... Comment ça, elle me ressemble un peu ? PAS DU TOUT !! xD

- ... Alors ? Ca t'arrive souvent d'embrasser des filles dans leur appartement, ou quoi Razz ? , Voulut-elle dire pour plaisanter, sans se rendre compte que ça pouvait gêner son interlocuteur.
En tout cas, merci pour tout. Je sais que ça va te sembler bizarre, mais je te remercie sincèrement de ne pas me rejeter et de faire... ça Embarassed . Et j'espère qu'on partira bientôt en mission tous les deux ! Tu pourras me faire confiance, promis ! ... Même si je n'ai jamais aimé le combat... Et que j'ai une certaine tendance à... M'écarter des affrontements, je dirais '^^. Mais ne t'inquiète pas ! Avec toi, c'est différent !!

On aurait dit que je l'attaquais, avec mes paroles. J'avais tellement peur qu'il me prenne pour une fille lâche (ça c'est vrai !) sur qui on ne pouvait jamais compter (ça c'est pas vrai !)... Lui, c'était différent. Et je le lui prouverai !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Sam 20 Sep - 21:17

Plus le temps passait, plus Wazzdaka se sentait emporté par ce torrent de sentiments. Lui d’habitude si calme et si posé, si indifférent au reste du monde. Il n’était plus qu’un être humain comme les autres, avec ses joies et ses peines. Il n’était plus un ninja, fier et froid, non, loin de là ! Mais Reira était bien la première personne à changer son comportement à un tel point, et à le rendre véritablement sociable. Mais qu’était-ce sentiment qui le hantait ? Lui qui ne lisait pas de livres à l’eau de rose, ni n’écoutait ces histoires de princes et de princesses, d’amours impossibles et d’amour tout court. Comment aurait-il put deviner ? Comprendre ? Le seul amour qu’il avait put observer durant toute sa vie, fut celui entre son père et sa mère, un amour étrange, mais à toute épreuve. Un homme à femmes qui se mariait, qui se « casait » ? Cela existait vraiment ? On dirait, puisque le plus grand coureur de jupon de l’histoire s’était marié et avait eu un enfant. Un enfant asocial et silencieux. Qui l’eut cru ? Peut-être avait-il récupéré quelques uns des gênes de son père, et qu’il les avait cachés bien au fond de lui ! Toujours est-il que le seul sentiment probable qui pouvait lui être rattaché à ce moment là, c’était l’amour. Et alors qu’il se rapprochait du visage de Reira, il était toujours tourmenté par des dizaines, des centaines de questions sur ce qui lui arrivait, sur ce qu’il ressentait…

Est-ce digne d’un Ninja ? Pourquoi vivre comme un Ninja ? Qu’est ce qui l’empêcherait de lier les deux ? Quel était-ce sentiment ? L’amour ? C’est donc ça l’amour ? Pourquoi est-ce si étrange ?... Qu’avait-elle de si attirant ? Pourquoi lui paraissait-elle si jolie alors qu’il n’avait jamais fait attention à la « beauté » ?... Tant de questions, tournées plus ou moins différemment qui faisaient une ronde dans sa tête alors qu’il n’avait pas le temps, ni la capacité de réfléchir. Il était tout simplement envoûté par le magnifique regard de Reira, elle était si… Jolie. C’en était presque de la magie… Comment ne pas être envoûté ? Par tant de gentillesse et tant de beauté dans un corps si frêle.

La jeune femme lui avait presque fait une déclaration ! Comment réagir ? Comment lui témoigner les sentiments qui remuaient le corps de l’homme en face d’elle, dont le cœur s’emballait à chaque instant supplémentaire ?... Comment des mots pourraient suffire à expliquer quelque chose de si immense que l’amour ? « Je t’aime » ? N’était-ce pas réducteur de dire telle chose alors qu’on l’a prononcé pour ses parents, sa famille, voire des amis pour certains ? Même si il y a un quantitatif qui suis ce petit verbe qu’est « aimer », est-ce réellement suffisant ? N’est-ce pas un peu hypocrite ? Pourquoi n’y a-t-il pas un terme unique destiné à l’élu(e) de son cœur ? De toute façon, le jeune homme sentait son amour muré dans un mutisme inconscient… Comment pouvait-on dire quelque chose qui ne voulait pas sortir de sa gorge ?

Ce tsunami d’amour et de frayeur l’empêchait de réfléchir normalement… Plongé dans le regarde de Reira, Wazzdaka voulait lui dire tant de choses simples, « je t’aime », « tu es sublime »… Pourtant, tout ça ne voulait pas sortir de sa gorge, et ces pensées se roulaient en boule, bien au chaud au fond de ses cordes vocales. Que pouvait-il faire d’autre ? Agir ! Agir, c’est ce qu’il savait faire le mieux. Quelque soit la situation, ça, il en était capable. Toujours plus proche du visage, Wazzdaka sentait que seul un geste explicite pourrait faire passer toute l’étendue de ses sentiments… Les lèvres fines et douces de Reira n’étaient qu’à quelques centimètres des siennes, emporté par la folie de l’amour, il déposa un court baiser sur les fameuses lèvres de la jeune femme.

Un court baiser, qui dura une éternité !

Cependant, après son geste, Wazzdaka reprit une partie de sa contenance habituelle. Et comprit l’ampleur de son geste, et tout ce que ça pouvait lui coûter. Mais trop tard, il avait agi. Il n’avait pas réfléchit. Et il ne pouvait que le regretter… C’était un geste rapide, maladroit… Qui pouvait lui faire perdre beaucoup. Mais qui espère tout gagner sans prendre de risque ? En tout cas, s’il gagnait, ce serait sa plus belle victoire… Cependant, dans le cas où il aurait énervé, ou déçu Reira, il préféra se retourner et s’excuser fugitivement. Il ne pouvait pas risquer un rejet, même si les chances étaient infimes qu’elle le rejette, il ne voulait pas le risquer !


« Excuse-moi, je… »
« Wazzdaka, tu n'as pas besoin de t'excuser ! C'était vraiment gentil, tu sais =). S'il y en a un de nous deux qui doit s'excuser, c'est bien moi ! ... Pour ça. »

Pour ça ? Sans qu’il s’en rende compte, Reira s’était rapprochée de lui et tendait une main vers son visage, la peau si douce et chaude de sa main vint replacer délicatement le visage du jeune homme rougissant en face d’elle. D’abord elle l’embrassa sur la joue, ses lèvres délicates laissant des pommettes toujours plus rouges chez le Juunin qui n’avait pas l’habitude de recevoir des baisers, et encore moins après avoir embrassé quelqu’un par surprise ! Puis, elle déposa un autre baiser au coin des lèvres de Wazzdaka, qui, surprit, sentit son cœur battre de plus en plus. Lui qui venait à peine de retrouver son calme le reperdait déjà ! Puis, ce fut au tour de Reira d’embrasser le jeune homme, qui accepta le baiser avec une joie immense. Il se sentait heureux… Il était le plus chanceux des hommes ! Ce baiser durant plus longtemps que le précédent, et cette fois, il était partagé par les deux protagonistes. Lorsque malgré tout, leurs lèvres durent se séparer enfin, Wazzdaka se sentait euphorique, il avait trouvé le bonheur, et le plus beau des amours ! Il observa la superbe jeune femme, des joues roses qui la rendaient ravissante !... Envoûtante, sublime, magnifique…

« ... Alors ? Ca t'arrive souvent d'embrasser des filles dans leur appartement, ou quoi ? »
« Je dois t’avouer que c’est bien la première fois que ça m’arrive Razz ! »
, fit-il sur un ton d’autodérision avec un grand sourire aux lèvres.
« En tout cas, merci pour tout. Je sais que ça va te sembler bizarre, mais je te remercie sincèrement de ne pas me rejeter et de faire... ça. Et j'espère qu'on partira bientôt en mission tous les deux ! Tu pourras me faire confiance, promis ! ... Même si je n'ai jamais aimé le combat... Et que j'ai une certaine tendance à... M'écarter des affrontements, je dirais '^^. Mais ne t'inquiète pas ! Avec toi, c'est différent !! »

Wazzdaka ne répondit pas immédiatement, il essayait de se rendre compte sans grand succès qu’il aimait Reira et que cet amour était réciproque. Qu’ils étaient… « ensemble » ? Cependant, il l’écoutait d’une oreille attentive et sûre. Maintenant, il ne la lâcherait plus ! Il resterait toujours avec elle, et serait toujours là quand elle aura besoin de lui ! Quoi qu’il arrive ! Quoi qu’il risque ! Une fois que la jeune femme eut fini sa phrase, il répondit de manière sincère…

« C’est moi qui te remercie de ne pas me repousser… J’ai peut être été un peu impulsif, je l’avoue ! », fit-il en riant et toujours sur la route de l’autodérision. « Ne t’en fais pas, je te fais entièrement confiance ! Je comprends que tu n’aimes pas le combat, je ne l’aime pas non plus. Et je pense que la plupart des personnes équilibrées n’aiment pas particulièrement ça ! Mais n’aie pas peur, je te jure que je te protègerais de toutes mes forces ! Je serais toujours là quand tu auras besoin de moi ! Promis… »

Puis il se tut, et observa tendrement Reira, il glissa doucement à côté d’elle et la prit pour la seconde fois dans ses bras. Il aimait sentir sa généreuse poitrine son cœur battre contre son torse, et sentir son souffle contre son épaule. Il la serra tendrement, et puis, chassant les préjugés de sa tête, il se décida enfin…

« Désolé si ce que je dis est maladroit mais… Je voudrais te dire simplement que je… Que… », Après une rapide lutte intérieure, il détruisit le mur psychique qui créait un mutisme face à ses paroles que méritait amplement Reira. « Je t’aime Reira, je t’aime… »

Après ça, son visage tout entier devint rouge comme une tomate ! On dirait qu’à ses côtés, il deviendrait plus humain, et mériterait plus de s’occuper de quelqu’un. En tout cas, il mériterait l’amour que lui porte Reira et il se débrouillerait pour qu’elle n’ait pas à le regretter ! Loin de là !... Par contre un petit courant d’air lui fit remarquer que… Qu’il était toujours torse nu… Il se sentit un peu ridicule d’avoir fait sa déclaration dans une tenue aussi peu convenable ! Mais ce qui est fait est fait ! Tant pis !...

Mais au dernier moment, il eut un sale pressentiment. Celui que son père était au courant que son fils recherchait quelqu’un, et plus particulièrement… une fille. Il sentait venir l’enquête et les questions gênantes à plein nez. Pas question qu’il vienne tout gâcher celui là ! Et ce qu’il sentait venir, on pouvait le sentir venir à des kilomètres ! Avec un père aussi indiscret qu’Akimitsu, tout le village serait au courant en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire… Et il commençait à être tard ! Le soleil se couchait plus vite qu’on ne le croyait !... Et Wazzdaka n’avait pas envie de rentrer…


« Dit moi Reira, est-ce que ça te gênerais si je restais chez toi cette nuit ?... Je suis désolé de m’imposer comme ça, je ne devrais peut-être pas, mais je dois t’avouer que je préfèrerais rester… Avec toi… », fit-il rougissant. « Tu sais, je peux bien dormir sur le canapé, ça ne me pose pas de problèmes ! Je suis un Juunin, j’ai déjà dormi dans des positions bien moins confortables ! », ajouta-t-il en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Lun 22 Sep - 23:01

Ding dong... Ding dong... Ding dooooooooong ! Les cloches du Paradis sonnent ! Je n'en croyais ni mes mirettes ni mon coeur : comment un tel Bonheur pouvait me tomber dessus ? A moi, comme ça, sans prévenir, après la difficile période que je venais de passer ?! Je ne pouvais y croire. Primo, alors que je sombrais dans une profonde dépression, Wazzdaka était venu me rendre visite. Chose déjà extraordinaire ! Mais possible. Secondo, il m'avait avoué qu'il n'était venu que pour moi, pour prendre de mes nouvelles *.* ! Magnifique. Mon coeur en battait déjà de bonheur. Terzo, il ne m'en avait pas voulu de toutes mes bêtises et il avait même accepté que je le colle sans arrêt ! Cela devenait beaucoup trop incroyable pour moi, mais le meilleur restait à venir : quarto, il m'avait embrassée... Non là, ça n'était plus possible, cela relevait du domaine du rêve ! Et pourtant, j'avais beau me pincer, la réalité restait toujours la même. J'avais enfin accepté que les sentiments que j'éprouvais à l'égard de Wazzdaka ne relevait pas vraiment de l'amitié traditionnelle, et lui m'avait prouvé qu'il les partageait o_o... Je ne pouvais y croire, non... !

Mais à vrai dire, je n'eus pas vraiment le temps de réfléchir à cette toute nouvelle situation que mon coeur m'ordonnait de reprendre possession des douces lèvres qui s'étaient posées sur les miennes, quelques instants plus tôt. Je ne résistais pas et, un tendre sourire collé aux lèvres, je m'avançais à nouveau vers le jeune homme qui me faisait tant tourner la tête et l'embrassait, à mon tour. C'était tellement délicieux que j'aurais voulu que le Temps s'arrête à ce point précis, que l'Eternité nous fige à jamais dans cette douce étreinte... Mais bien entendu, nous finîmes tous deux par nous détacher l'un de l'autre, hélas. (Mais non pas hélas ! Sinon t'aurais même pas pû te le tapeeeer ! ... Excusez-nous pour cette intervention.) Emue comme jamais, je fixais donc cet ange de bonheur descendu sur ma vie avec reconnaissance : je commençais à peine à mesurer l'enjeu de ce que nous venions de faire, chacun à notre tour. Au plus bas mot, nous venions de nous dévoiler notre affection et notre attirance l'un pour l'autre. Et dans le meilleur des cas, il venait lui aussi d'avouer qu'il m'aimait... Etait-ce vraiment possible ? Je ne savais plus rien. Mon coeur ne cessait de martyriser mon pauvre coeur, mais je n'en avais que faire, le Bonheur avait envahi mes veines. A présent, je voulais juste renouer le dialogue avec ce magnifique Bubuffle.

- ... Alors ? Ca t'arrive souvent d'embrasser des filles dans leur appartement, ou quoi ? , Lui disais-je pour plaisanter.

- Je dois t’avouer que c’est bien la première fois que ça m’arrive Razz !

Ah bon ? Un beau gosse comme lui o_o ? Moi qui pensais qu'il avait dû séduire tout Kiri sans s'en rendre compte et en profiter... Ben il avait pas dû en profiter Razz ! Et c'était tant mieux ! J'étais donc la première à avoir eu ce privilège... ? J'en rougissais de plaisir. Et quelque part, cela me rassurait et m'affolait. Si j'étais la première fois qu'il le faisait, cela signifiait-il quelque chose... ? Oserais-je penser qu'il avait plus que de l'affection pour moi... ? Mais quoiqu'il en soit, je me devais de le remercier pour tout cela, pour tout ce bonheur, pour tout ces magnifiques souvenirs. Je finis même par lui avouer que j'étais plutôt une lâche, sans m'en rendre compte... Biiiip ! Mauvais point ! C'est pas comme ça que tu vas le retenir -_-' ! ... Le retenir ? Je l'avais donc attrapé ?

- C’est moi qui te remercie de ne pas me repousser… J’ai peut être été un peu impulsif, je l’avoue ! Ne t’en fais pas, je te fais entièrement confiance ! Je comprends que tu n’aimes pas le combat, je ne l’aime pas non plus. Et je pense que la plupart des personnes équilibrées n’aiment pas particulièrement ça ! Mais n’aie pas peur, je te jure que je te protègerais de toutes mes forces ! Je serais toujours là quand tu auras besoin de moi ! Promis…

La protéger... Non seulement il acceptait sa lâcheté maladive mais en plus, il lui promettait de la protéger ? ... Pourquoi ? Pourquoi se donnait-il tant de mal pour elle ? Reira ne comprenait pas. Elle n'avait jamais espéré tant de qui que ce soit, et voilà que la personne qu'elle aimait le plus au monde le lui offrait, sans condition, sans même y mettre forcé... C'était absolument incroyable. La jeune femme avait l'impression de vivre un véritable rêve, elle tremblait de devoir un jour se réveiller... Mais pour l'instant, le Bonheur croisait sa route et elle allait en profiter ! Elle pourrait donc toujours être aux côtés de Wazz et lui, la protégerait de son mieux... ? C'était bien ça ? Il l'aiderait, elle ? La Biquette fixait d'un air bizarre ce drôle d'homme qui lui proposait tant, qui possédait une telle générosité bien étrange.

Ses bras musclés au possible se rapprochèrent alors à nouveau d'elle, Reira comprit qu'il voulait à nouveau la serrer contre lui et elle se jeta contre lui. Peau contre peau, joue contre torse, elle ne pouvait pas rêver mieux. Elle qui avait été tellement subjuguée par la beauté du jeune homme, au point d'en être hypnotisée par son attirance pour lui, elle pût enfin se serrer contre lui, profitant d'un bonheur immense. Et comme pour se prouver qu'elle ne vivait pas qu'un rêve, elle déposa un léger baiser sur le buste de l'élu de son coeur. Elle se souviendrait pour toujours de son goût, de son odeur =)... Puis, sans prévenir, la voix de Wazzdaka s'éleva à nouveau dans la pièce. Son coeur se figea en entendant ces paroles.

- Désolé si ce que je dis est maladroit mais… Je voudrais te dire simplement que je… Que… [...] Je t’aime Reira, je t’aime…

Réellement ? Ce n'était pas une blague... ? Il... Il l'aimait, elle ? Il ressentait la même chose qu'elle ? Une violente embardée reprit possession de sa poitrine. Etait-ce possible ? Pouvait-elle vraiment le croire... ? Les yeux de Reira se relevèrent -ben où elle les posait celle-là, avant Razz ?- vers ceux du jeune homme et essayèrent d'y découvrir la vérité : clairs, limpides, ces yeux-là ne pouvaient pas mentir. Wazzdaka venait simplement de déclarer ce qu'il ressentait, au plus profond de lui. De nouvelles larmes perlèrent aux coins des yeux de la Chèvre, mais elles ne coulèrent pas : ce fut sa voix qui, à son tour, prit le relai.

- Wazzdaka... Embarassed ? Moi aussi. ... Moi aussi, je t'aime.

Ce fut tout. Sa voix se brisa dans sa gorge, l'émotion prit possession de tout son être. Baissant à nouveau la tête, elle se serra simplement contre lui. Et maintenant... ? C'était officiel ? S'ils s'étaient avoués qu'ils s'aimaient, ils étaient "en couple"... ? Comme Papa et Maman ? Quelle drôle d'histoire ! La jeune femme n'aurait jamais cru que ça lui arriverait aussi ! Mais après tout, ses parents paraissaient si heureux, c'était sûrement son tour maintenant... Autant en profiter. Un doux silence s'installa, très appréciable celui-là. Reira se laissa bercer par les bras du jeune homme, par le doux contact de son souffle sur sa peau, par l'agréable odeur qui se dégageait de lui. On appelle ça un Bonheur Parfait, mes enfants. Et de la même manière que précédemment, ce fut Wazz qui brisa ce silence, semblant pris d'une inspiration subite.

- Dis moi Reira, est-ce que ça te gênerait si je restais chez toi cette nuit ?... Je suis désolé de m’imposer comme ça, je ne devrais peut-être pas, mais je dois t’avouer que je préfèrerais rester… Avec toi… Tu sais, je peux bien dormir sur le canapé, ça ne me pose pas de problèmes ! Je suis un Juunin, j’ai déjà dormi dans des positions bien moins confortables !


De quoua O.O ? Il avait dit quoi, là ? Qu'il voulait dormir à la maison... ? C'était un peu rapide, quand même... On venait à peine de s'embrasser qu'il voulait déjà dormir avec moi ?! Je rougissais rien qu'à l'imaginer, il n'en était pas question ! Pas tout de suite Embarassed... Je me devais de refuser. Pourtant, j'en avais bien envie, moi aussi... Je ne voulais pas qu'il s'en aille. Pas tout de suite, pas maintenant ! Et si j'acceptais ? D'accord, mes parents me reprocheraient sûrement ma rapidité, mais encore faudrait-il qu'ils l'apprennent ! Je ne voulais pas qu'il parte, qu'il s'éloigne de moi. Et puis, il avait bien dit qu'il pouvait dormir dans le canapé ! Bien entendu, il en était hors de question : mon invité ne dormirait JAMAIS ailleurs que dans un vrai lit, donc le mien ; mais cela voulait dire qu'il n'était pas dans son intention de dormir dans le même lit que moi, c'était beaucoup moins gênant ! Mais oui, je n'avais pas à m'en faire ! J'avais été gênée au départ à cette idée parce que bêtement, je pensais qu'il voudrait dormir à mes côtés, mais si nous dormions séparemment, il n'y avait plus aucun problème ! ... Oui mais... Pourquoi me sentais-je un peu déçue, alors... ?

Là n'était pas le problème. Wazzdaka attendait mon assentiment ou mon refus, il fallait tout de même que je lui donne mon accord, même nuancé ! J'acceptais avec plaisir qu'il dorme à la maison, mais je refusais qu'il dorme mal chez moi, il allait donc devoir dormir dans mon lit et ce serait moi qui dormirait dans le canapé. Il ne devait pas être si inconfortable que ça ! J'avais déjà dormi dedans, après tout. Bref, il me fallait à présent le lui annoncer. Et bizarrement, j'avais la nette impression que ce ne serait pas facile de le convaincre... Peu importe, j'y arriverai ! Je refusais catégoriquement qu'il dorme dans ce canapé et encore plus qu'il quitte l'appartement, alors qu'il avait souhaité rester auprès de moi (*.*), il me fallait donc le convaincre, coûte que coûte. ... Ben bonne chance, ma chère Reira ! Il allair falloir être convaincante, ferme mais agéable dans le même temps. C'était pas gagné.

- Bien sûr que non, ça ne me dérange pas du tout ! Je serais même très heureuse que tu veuilles bien rester auprès de moi un peu plus longtemps, je me sentirais beaucoup moins seule ^^ ! Mais par contre, tu ne pourras rester dormir qu'à une seule condition... , Dit-elle dans un sourire malicieux, comme préparant une bonne farce. C'est toi qui devras dormir dans mon lit et moi dans le canapé =) ! C'est une règle d'or dans ma famille, un invité doit toujours être le mieux servi ! Ne t'inquiète pas pour moi, je dormirai très bien sur le canapé. C'est d'accord ? Tu restes =D ?

Mais pourquoi donc avais-je cette drôle d'impression qui me restait dans le fond de la gorge ? L'impression qu'une rude bataille s'annonçait... ? Je devais me faire des idées.
[Voilà, la fin n'est pas terrible mais c'était difficile de refaire un post supprimé, quand on est plus dans le bain. J'espère que tu me pardonneras Razz ! Et forumactif, on te détesteuh ! xD ... Bon ok, on te déteste pas vraiment parce que c'est quand même bien utile la plupart du temps, mais en ce temps de bugs -__-'... Bref.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Dim 5 Oct - 0:36

[ Dialogue fait avec l’aide de Reira qui a donné tous les consentements pour que je joue son personnage !^^ ]

« Dis-moi Reira, est-ce que ça te gênerait si je restais chez toi cette nuit ?... Je suis désolé de m’imposer comme ça, je ne devrais peut-être pas, mais je dois t’avouer que je préfèrerais rester… Avec toi… Tu sais, je peux bien dormir sur le canapé, ça ne me pose pas de problèmes ! Je suis un Juunin, j’ai déjà dormi dans des positions bien moins confortables ! »

C’était dit, Wazzdaka se sentait un peu honteux d’arriver à l’improviste et de jouer les opportunistes en demandant à passer la nuit chez la jeune femme… Mais il ne ressentait pas de culpabilité particulière vis-à-vis de ses parents, après tout, il était assez grand pour se débrouiller seul et de toutes façons, il avait toujours découché… Quand il eu l’âge de se défendre seul, et de faire ses longues balades qu’il poursuit toujours aujourd’hui comme des rituels, il découchait pratiquement un jour sur trois. Mais il dormait sous les arbres, sur des toits, derrière un buisson, en n’emportant avec lui qu’une chaude couverture de toile. Le jeune homme aux cheveux bleus avait toujours été proche de la nature, aimant le calme et la beauté de la nature, profitant de ses nuits à la belle étoile pour se ressources et profiter de ce que la Terre mère offrait à chacun de ses habitants. Même s’il vivait dans l’opulence, Wazzdaka ne s’était jamais véritablement habitué au luxe, mais son malaise dans les petits appartements est souvent mal interprété comme une habitude de gosse de riche, au contraire… C’est juste une légère claustrophobie. Et puis, le Juunin, très imposant, se sentait vite à l’étroit. Les portes de ces petits appartements faisant tout juste sa taille et étant assez étroites…

Il voulait bien dormir le canapé, il ne l’aurait pas proposé sinon ! Et ça ne lui posait aucun problème, un canapé c’est moelleux, pas comme la terre. Il lui faudrait juste une petite couverture et il dormirait comme une bûche ! Mais il restait à attendre l’accord de Reira, après tout, Wazzdaka proposait ça si rapidement… Ce n’était pas vraiment raisonnable de s’inviter comme ça, surtout qu’à cause de lui la mère de Reira ne viendrait peut être pas ! C’est important la famille pourtant ! Que devait-il faire ? Renoncer et partir, dormir à la belle étoile ? Il ressentait un petit pincement au cœur en y pensant… Il ne voulait pas laisser la jeune femme seule à nouveau, il avait peur qu’en partant on le trouve pour lui confier une nouvelle mission et qu’il parte une nouvelle fois pendant des mois, loin de Reira…

Mais dormir dans la même maison que la femme qu’il aimait dès le premier soir était indécent ! Enfin… Pour ce qu’il avait de décence… Après tout, même si son éducation était très « grande bourgeoisie », il fallait avouer que quand ça touchait les mœurs, ce n’était pas une éducation sévère. Peut-être à cause d’un père coureur de jupon et une mère capable de tous les vices ?! Mais qu’est ce que c’était que cette famille ?!... Bref.


« Bien sûr que non, ça ne me dérange pas du tout ! Je serais même très heureuse que tu veuilles bien rester auprès de moi un peu plus longtemps, je me sentirais beaucoup moins seule ^^ ! Mais par contre, tu ne pourras rester dormir qu'à une seule condition... C'est toi qui devras dormir dans mon lit et moi dans le canapé =) ! C'est une règle d'or dans ma famille, un invité doit toujours être le mieux servi ! Ne t'inquiète pas pour moi, je dormirai très bien sur le canapé. C'est d'accord ? Tu restes =D ? »

Par contre, là, ce n’était pas possible… Pas possible du tout ! Wazzdaka ne voulait pas faire insulte à l’éducation de la famille de Reira mais il ne pouvait pas respecter cette règle d’or. La bourgeoisie est bien stricte dans l’affaire qu’est l’accueil des invités ! Le Juunin ne pouvait pas se permettre de laisser son hôte dormir dans le canapé, surtout qu’il n’avait ni prévenu de sa venue, ni de son souhait de passer la nuit ici ! Il devait lui dire… Que respecter cette condition, n’était tout simplement pas possible !

« C’est très gentil d’accepter mais… Je ne pourrais pas respecter cette condition, certes c’est une règle d’or dans ta famille, je m’en vois désolé, mais j’ai reçu une éducation assez stricte dans ce domaine moi aussi. La première règle, la règle de l’hôte ! J’aurai dû te prévenir que je te rendais visite, cela t’aurai évité bien des moments embarrassants et je n’aurai pas eu à m’imposer… De plus, je viens juste de te prévenir que je voulais passer la nuit chez toi, j’aurai du te prévenir bien plus tôt. L’hôte est roi en son domaine ! Deuxième règle, et pas des moindres, la galanterie !... Je crois que c’est la règle la plus stricte chez moi, une femme n’aura jamais à supporter des situations inconfortables ou inconvenantes à cause d’un homme ! Il est donc hors de question que tu aies à dormir dans ton canapé, alors que tu es chez toi !... Tu sais, ça ne me pose pas de problèmes de dormir dessus ! Je préfèrerais même… »

Reira sembla tout à coup déconcertée ! On aurait dit qu’elle n’avait pas prévu que Wazzdaka la contredise déjà Razz ! Elle sembla réfléchir à ce qu’elle allait répondre à ça, il fallait avouer que Wazzdaka parlait peu d’habitude, mais pourtant, c’était un excellent orateur qui peut se faire très persuasif. Disons qu’il est un peu misanthrope et qu’il ne ressent pas le besoin de parler réellement avec les autres… Même s’il avait du talent pour ça.

« Je comprends bien que ça te gêne, tu as vraiment reçu une bonne éducation, c'est sûr. Mais ici, tu n'as pas besoin de l'adopter ! Ca ne m'a absolument pas dérangée que tu viennes me voir, sans prévenir, au contraire ! Jamais on ne m'a fait plus plaisir. », fit-elle dans un premier temps « Et puis... Tu n'aurais pas pû savoir que tu voudrais rester chez moi avant... ça, non Embarassed ? Et puis rassure-toi, mon canapé n'est absolument pas inconfortable ! J'y ai déjà dormi, j'aimais beaucoup^^. Et comme il est impossible d'y dormir à deux, tu devras dormir dans mon lit Razz ! »

Le débat allait s’annoncer difficile… Très difficile…

« Merci, j’apprécie beaucoup, mais je ne peux pas permettre ça ! Même si je ne savais pas, je n’aurais pas dû m’imposer de cette façon ! Je ne peux donc pas demander tout le confort !... Et s’il est confortable, tant mieux, je ne passerais qu’une meilleure nuit dessus ! Je préfère que tu dormes dans ton lit, sinon je ne fermerais pas l’œil de la nuit, je me sentirais bien trop coupable ! Et puis… Un homme ne devrait pas dormir dans la chambre d’une jeune femme !... »

« Mais bien sûr que si, tu DOIS demander tout le confort ! C'est l'invité qui est roi ! Après tout, moi, je dors tout le temps dans ce lit, ce n'est pas m'en priver une nuit qui m'empêchera de dormir. Je suis désolée Wazz, mais je ne dérogerai pas là dessus : c'est toi qui dormiras dans le lit, j'y tiens ! Je suis chez moi, c'est à moi de faire imposer mes traditions =). Et si jamais tu refusais encore, nous serions obligés d'y dormir tous les deux ! »

« Et bien je préfère encore y dormir avec toi ! », répondit-il du tac au tac sans bien se rendre compte de ce qu’il disait.

Non mais dites donc, cette jeune femme n’allait pas briser des siècles de tradition bourgeoise pour un canapé ? L’hôte est roi en son domaine ! Et étant donné que la jeune femme n’avait pas d’autres chambres, il fallait se contenter du canapé. Plutôt mourir que laisser une jeune femme dormir en un lieu moins confortable que ce qu’elle mérite ! Et PIRE ENCORE si c’est chez elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Lun 6 Oct - 20:41

Finalement, Reira avait raison. Son pressentiment était bien fondé : la bataille ne serait pas facile. Un je-ne-sais-quoi dans l'air de Wazzdaka l'avait prévenue, il ne la laisserait pas dormir facilement dans ce canapé... Elle n'avait fait que lui poser une gentille condition au fait qu'il dorme chez elle, elle croyait son petit discours inattaquable, elle s'était trompée. A peine avait-elle refermé la bouche dans un sourire qu'elle voulait charmeur - si si Razz -, que Wazz répliquait déjà fermement, il ne pouvait accepter sa demande.

- C’est très gentil d’accepter mais… Je ne pourrais pas respecter cette condition, certes c’est une règle d’or dans ta famille, je m’en vois désolé, mais j’ai reçu une éducation assez stricte dans ce domaine moi aussi. La première règle, la règle de l’hôte ! J’aurai dû te prévenir que je te rendais visite, cela t’aurai évité bien des moments embarrassants et je n’aurai pas eu à m’imposer… De plus, je viens juste de te prévenir que je voulais passer la nuit chez toi, j’aurai du te prévenir bien plus tôt. L’hôte est roi en son domaine ! Deuxième règle, et pas des moindres, la galanterie !... Je crois que c’est la règle la plus stricte chez moi, une femme n’aura jamais à supporter des situations inconfortables ou inconvenantes à cause d’un homme ! Il est donc hors de question que tu aies à dormir dans ton canapé, alors que tu es chez toi !... Tu sais, ça ne me pose pas de problèmes de dormir dessus ! Je préfèrerais même…

Eeeuh... Gah ? C'est ça qu'on répond à ça ? Là, je ne voyais absolument pas quoi lui répondre, c'était si bien pensé, si bien ficelé même que je ne voyais aucune sortie de secours o_o... Comment rétorquer ? Parce que bien sûr, je ne pouvais pas accepter. Je refusais catégoriquement qu'il dorme dans ce canapé où il y avait si peu de place, surtout avec sa stature, et je refusais encore plus qu'il s'en aille ! Non non et non. Il dormirait dans mon lit, c'est moi qui vous le dit. Et il était temps de lui faire comprendre : son éducation était vraiment bien faite, mais il n'avait pas besoin de l'appliquer ici. Chez moi, c'était l'invité qui était roi et mon canapé n'était pas du tout inconfortable, quoi =D !


- Je comprends bien que ça te gêne, tu as vraiment reçu une bonne éducation, c'est sûr. Mais ici, tu n'as pas besoin de l'adopter ! Ca ne m'a absolument pas dérangée que tu viennes me voir, sans prévenir, au contraire ! Jamais on ne m'a fait plus plaisir. , Fit-elle dans un premier temps. Et puis... Tu n'aurais pas pû savoir que tu voudrais rester chez moi avant... ça, non Embarassed ? Et puis rassure-toi, mon canapé n'est absolument pas inconfortable ! J'y ai déjà dormi, j'aimais beaucoup^^. Et comme il est impossible d'y dormir à deux, tu devras dormir dans mon lit Razz !

Ha ha ha, que répondras-tu à ça mon cher Wazzdaka ?! J'ai réussi à anniler tes deux arguments ! T'as plus rien à rajouter, hein hein ? Tu sais plus quoi dire, hein hein ?!


- Merci, j’apprécie beaucoup, mais je ne peux pas permettre ça ! Même si je ne savais pas, je n’aurais pas dû m’imposer de cette façon ! Je ne peux donc pas demander tout le confort !... Et s’il est confortable, tant mieux, je ne passerais qu’une meilleure nuit dessus ! Je préfère que tu dormes dans ton lit, sinon je ne fermerais pas l’œil de la nuit, je me sentirais bien trop coupable ! Et puis… Un homme ne devrait pas dormir dans la chambre d’une jeune femme !...

... Ah bah si Razz. Mais par contre, il a tort le petit Wazz : il DOIT dormir dans sa chambre ! xD C'est vrai que vu sous cet angle, cela fait assez étrange de faire dormir un homme dans ma chambre de jeune fille, mais peu importe. Personne ne serait là pour le raconter, après tout ! Et je voulais qu'il dorme bien. Après tout, mon canapé était peut être confortable mais lui, avec sa stature, n'arriverait effectivement pas à dormir de la nuit... Je devais donc lui faire comprendre que ma décision était sans appel. Il dormirait dans cette saleté de lit, quoi ! xD


- Mais bien sûr que si, tu DOIS demander tout le confort ! C'est l'invité qui est roi ! Après tout, moi, je dors tout le temps dans ce lit, ce n'est pas m'en priver une nuit qui m'empêchera de dormir. Je suis désolée Wazz, mais je ne dérogerai pas là dessus : c'est toi qui dormiras dans le lit, j'y tiens ! Je suis chez moi, c'est à moi de faire imposer mes traditions =). Et si jamais tu refusais encore, nous serions obligés d'y dormir tous les deux !

- Et bien je préfère encore y dormir avec toi ! , Répondit-il du tac au tac sans bien se rendre compte de ce qu’il disait.

PAN ! Dans les dents ! Avec ça, il ne trouvera rien à rétorquer ! ... Euh minute... O_O ... Le cerveau de la jeune femme ne l'avait pas encore accepté, mais Wazz venait bien de dire une phrase choc. Comment ça, il préférait y dormir avec elle ?! Ben on peut dire qu'il était persévérant celui-là ! Même buté, peut être ! Et il était sérieux... ? Il préférait vraiment dormir avec Reira plutôt que de la laisser dans son canapé... ? Le sang de la jeune femme ne fit qu'un tour : il empourpa aussitôt ses jolies joues ! Le regard devenu fixe, les yeux agrandis par la surprise et la bouche légèrement entrouverte, la pauvre Biquette en perdait tous ses repères. Bras ballants, elle ne savait plus que dire. Même son cerveau avait décidé de marquer une pause ! Il ressemblait clairement au cerveau d'une blonde dans l'imaginaire collectif, c'est-à-dire au vide intégral. Ses neurones avaient complètement fait sauté le dijoncteur cérébral Razz ! Elle semblait être devenue une véritable poupée de nacre, les joues simplement un peu trop rougies...

Puis, peu à peu, son cerveau se remit en marche. Doucement, la jeune femme se releva et cligna à nouveau des yeux, perdant tout de même sn regard dans le beau brun de ceux de Wazzdaka. Il était sérieux... ? Il y tenait à ce point, à ses traditions familiales ? Il avait bien été éduqué, ça en faisait même peur. Et Reira voyait bien qu'elle ne pourrait pas s'y confronter éternellement. Ou elle acceptait ce qu'il lui proposait, ce qui était hors de question, puisqu'elle ne voulait pas non plus renoncer à ses valeurs familiales ; ou ils en arrivaient à ce compromis, dormir ensemble dans ce fameux lit... Le pouvait-elle... ? Elle s'en sentait incapable. Non, elle ne pouvait pas dormir avec un homme dans son lit, dès le premier soir, bien qu'il porte le nom de son aimé ! Elle ne pourrait pas non plus le convaincre, elle le sentait. Il ne lui restait donc plus que la possibilité de le laisser s'en aller... ? Non. Absolument hors de question. C'était bien au-dessus de ses forces ! Quoi, cet homme-là qu'elle aimait déjà tendrement venait de lui avouer aussi ses sentiments, de l'embrasser, d'émettre le souhait de rester encore un peu plus longtemps à ses côtés et elle lui refusait l'ébergement ?!

Qu'importe si cela ne respectait pas les convenances ! Qu'importe si rien que le fait de l'imaginer la mettait au comble de la gêne ! Qu'importe si elle n'arrivait pas à dormir de la nuit ! Qu'importe, parce qu'il serait près d'elle =)... Parce que toute cette nuit, elle ne serait plus seule dans ce triste appartement. Parce que demain au matin, peut être qu'il serait encore là, à ses côtés... Oui, ça valait le coup. Le visage de la jeune femme se détendit alors et elle esquissa un petit sourire à l'intention de cet adorable homme. La rougeur insolente fit place à des joues joliment rosées, exactement comme celles des poupées chinoises. Elle hésitait à lui répondre, c'était si... Inattendu de sa part !


- ... Très bien, j'accepte. Embarassed Tu accepteras de dormir ici, alors ? ... Avec moi ?

Voilà elle l'avait dit ! C'était lancé ! Elle avait osé accepter la proposition de ce jeune homme décidemment bien entreprenant ! Et maintenant, qu'allait-il dire... ? Après tout, c'était sorti si vite de sa (magnifique) bouche, il n'y avait peut être pas réfléchi. Il avait peut être simplement répondu au tac au tac et le regrettait maintenant o_o... ? Oh mon dieu, et s'il refusait ? Et s'il reculait, ne voulait plus dormir avec elle, qu'elle lui avait fait peur et qu'il ne voudrait plus jamais la rev... STOOOOOOOP ! On se calme ma fille, il va pas partir comme ça, tout de même ! Et si jamais il refusait vraiment de dormir à tes côtés, tu pourrais l'obliger à dormir sur le canapé, alors ! MWA HA HA HA !! Quel plan machiavélique et sans failles Twisted Evil !! ... Oui bon ok, je sais, il est temps d'arrêter ma narration, je deviens (encore plus) dingue. Ma jolie Reira attendait juste que son cheeeer Wazzdaka Waotaka daigne accepter ou refuser sa requête, les joues toute roses ; et si jamais il refusait, une zolie poêle attendait la miss dans la cuisine Very Happy ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waotaka Wazzdaka
Nomade
avatar

Nombre de messages : 430
Age : 27
Clan : Lignée Waotaka
Special : Nomade

.::RPG::.
PV:
160/160  (160/160)
PC:
115/115  (115/115)
Exp:
7/160  (7/160)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 17 Juin - 23:40

[ Désolé, c'est court, c'est bof, c'est de la pure eau-de-rose, bref... XD J'espère que ça te plaira ! XD ]

« ... Très bien, j'accepte. Tu accepteras de dormir ici, alors ? ... Avec moi ? »

BLAM ! UN CROCHET DU DROIT FOUDROYANT A ENVOYE WAZZDAKA AU TAPIS ! 10… 9… 8… 7… INCROYABLE ! IL SE RELEVE ! L’arbitre vérifie s’il est toujours en état de combattre… OUI, LE COMBAT REPREND ! INCROYAAAABLE !

L’information parvint alors au cerveau de Wazzdaka, encore sous le choc de la réponse de Reira… Et de sa propre proposition. Pourquoi avait-il répondu comme ça, si vite, sans même y réfléchir ? Ce n’était pas dans ses habitudes ! C’était cette Reira qui lui faisait tourner la tête décidément ! Avec elle il ne se reconnaissait plus, lui qui avait passé tant de temps dans sa nonchalance et sa discrétion… Il se mettait à répondre sans réfléchir et à regretter ce qu’il disait ! Décidément, le bonheur, il s’échappe dès qu’on commence à regretter… Mais qu’y avait-il à regretter en fait ?... Elle… Elle avait accepté ! Le Juunin, pensait à cette situation, tout ce qu’il s’était passé aujourd’hui… Dire qu’il n’était venu que pour lui passer un petit coucou et échanger des nouvelles ! Voilà qu’il la découvrait légèrement vêtue à cause d’un quiproquo, qu’il se déshabillait chez elle par une maladresse, qu’il se faisait effacer une énorme cicatrice, qu’ils s’embrassaient, s’échangeaient un amour mutuel, décidaient de devenir « un couple » et en plus de tout ça il allait dormir chez elle… Voilà bien une journée riche en émotion…

Il était là, debout, tout bête, tout penaud… Il était déjà tard, il n’avait pas vu le temps passer… Cette journée était vraiment pleine de surprise, et il se demandait si c’était le plus beau jour de sa vie ou si le destin avait encore des coups fourrés en réserve. Sa chevelure bleutée retombait devant ses yeux, il chassa ces quelques mèches du revers de la main et plongea son regard dans celui de Reira, emporté par ce torrent d’amour qui coulait sans discontinuer… Il ne pouvait déjà plus rien lui refuser, ça promettait pour la suite ! Mais il n’était pas encore au point de se voir dans le futur avec des gosses courant partout dans leur maison conjugale, non… C’était plutôt la nouveauté de la sensation, pourtant convaincu qu’il ne la ressentirait plus jamais, qu’aucune personne extérieure après Keï et Ayane ne pouvait s’intéresser à lui et à son comportement… Bizarre. Sa famille s’était autre chose, son père et sa mère étaient tout aussi bizarre que lui, c’était donc une sorte d’empathie. Mais malgré son apparent détachement, il aimait ses parents…

Mais la réalité revint, son cœur battait, il avait la chair de poule, et il ne savait plus quoi dire…


« Euh… Hum… Je… Je reprendrais bien un thé… Pas toi ? Non parce que je pense qu’à la base, ce n’était pas pour ma chemise hein… ? »

- Bravo ! * clap clap * Champion 2009 de la réplique romantique – Dans son embarras, Wazzdaka n’avait réussi qu’à dire cette petite phrase, complètement à côté de la situation… Faisant référence au précédent évènement qui fit que la théière et les petits gâteaux de Reira. Alors qu’ils étaient tout deux dans la chambre de la jeune fille !... C’était vraiment un gaffeur ce Wazzdaka ( Razz ). Et voyant qu’elle allait presque le prendre au mot, il préféra lui attraper le bras.

« Heum… Excuse-moi, ce n’est pas vraiment ce que je voulais dire… J’ai vraiment dit n’importe quoi », fit-il dans un petit rire « Oui… Je veux bien dormir ici, avec toi… J'aimerais beaucoup... »

Le Juunin rougit légèrement, ne sachant que dire, que faire… C’était à Reira de décider l’heure de coucher, l’heure de lever, peut-être la demoiselle voudrait-elle dormir tout de suite, peut être voudrait elle discuter des heures durant, peut lui importait, il voulait rester là, avec cette jeune fille, au parfum si agréable, à la peau si douce, à l’attirante chaleur, aux yeux si profond ( au décolleté aussi Razz cf. le début XD )… Il n’avait jamais osé rêver d’un tel moment, tout ce qu’il savait, c’est que tout le temps que Reira acceptera de passer avec lui, il le passera près d’elle, à caresser sa peau, à graver son visage dans sa mémoire, à se perdre dans ses yeux, dans ses bras… Cette scène suintait l’eau-de-rose, mais il s’en moquait éperdument, la réalité était belle, la réalité était douce et il était heureux…

[ Petit encart, ne sachant ce que Reira décide, c’est elle l’hôte =p Je te laisse décider de ce que tu veux faire pendant ce temps. ]

Wazzdaka ne savait plus quoi rêver, était-ce un rêve ? Il était là, bien là, dans le lit de Reira, tout près d’elle, dans le noir, sentant le contact chaud et sécurisant des draps sur son torse nu, son pantalon de toile lui tenant plus chaud encore aux cuisses, le contact de l’oreiller bombé sous sa tête, la douce et lente respiration de sa… dulcinée… Ne sachant que faire, emporté dans un élan de tendresse, ou un élan de folie, il s’approcha d’elle, murmura quelques mots doux, et passa un bras sous le cou de sa chère et tendre, et la serra contre lui… Et il s’endormit, dans ce sentiment si doux… Dans cette quiétude… Il aurait voulu que le temps s’arrête, que cet instant dure à jamais… Que jamais plus le soleil n’ait à se lever. Dans ses rêves, il retrouvait cette cascade dont il avait déjà rêvé auparavant, ce paysage plus réel que nature, ce sentiment de paix, de sécurité… C’était peut-être ça que ce rêve signifiait, qu’on peut trouver le bonheur dans la simple nature, dans la simple acceptation des choses, en contemplant le monde tel qu’il est, sans vouloir changer le cours des choses…

Oui, il s’endormit, en espérant que plus jamais il n’ait à se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/fiche-technique-de-waotaka-
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Mer 15 Juil - 22:04

[HRP : Mais ch'est kro bieeen l'eau de rose, allons-y \\o/ ! *sort*]

Je devenais de plus en plus entreprenante, aimant jouer avec le feu et en demander toujours plus. Gourmande ? Bien sûr que je l'étais, et surtout de bonheur. Qu'est-ce qu'une femme peut donc demander de plus qu'un homme dormant avec elle dans son lit ? - Quelque chose que la jeune Reira ignore encore. On y travaille Razz. - Qu'allait me répondre le désormais amour de ma vie ? Le coeur battant une cadence désordonnée et de plus en plus rapide, j'attendais sa réponse, anxieuse. Les gros yeux qui avaient sauté de son visage jusqu'à terre - si si si - ne faisaient pas partie des critères censés me rassurer, je me sentai alors au bord de l'infarctus. Après quelques lentes et pénibles secondes, la Réponse de ma vie se frayait enfin un chemin entre les lèvres de mon tendre Wazzdaka.

- Euh… Hum… Je… Je reprendrais bien un thé… Pas toi ? Non parce que je pense qu’à la base, ce n’était pas pour ma chemise hein… ?

Et BAM ! Allons chercher la poêle.
Reira avait violemment tourné la tête après ces quelques mots, comme si elle s'était prise une immense baffe mentale. Il y avait de quoi se venger : il aurait droit à un thé - brûlant - dans sa bouche et une poêle - robuste - sur la tête. La jeune femme blessée semblait déjà se retourner en direction de la cuisine lorsqu'une solide main se posa sur son bras. Le regard de la poupée de porcelaine la dévisagea, comme étonnée par sa présence. Une main blanche et musclée, gratinée de cicatrices superficielles ici et là. Une main de ninja. Que lui voulait-elle ? Elle voulait lui faire rencontrer la famille Adams peut-être ? Non, c'était Wazzdaka qui avouait avoir dit n'importe quoi. Un sourire s'échappa des yeux et des lèvres de la jeune femme. Tss, il était vraiment gaffeur dans ses paroles celui-là. Il faudrait qu'elle s'y habitue. Cesser de s'en blesser pour plutôt s'en amuser. Et enfin, la phrase tant attendue gravit les dents à pic du jeune ninja pour parvenir jusqu'aux oreilles de la Juunin : quel voyage pour une si petite phrase !

- Oui… Je veux bien dormir ici, avec toi… J'aimerais beaucoup...

- Alors c'est entendu., Lui répondit doucement le sourire de Reira.

Deux yeux gris caressèrent le visage du jeune homme, s'attardant sur sa peau, ses joues, ses yeux, son nez. Une étrange opération de gravage était en cours. Comme si elle voulait se souvenir de cet instant pour toujours, l'ex-Chèvre glissa du visage de Wazzdaka à ses vêtements de civil, vert et bleu comme toujours, à ses chaussures d'un cuir marron extrêmement foncés, à sa propre chambre dominée par son grand lit mauve à deux places et à son armoire d'un brun maculé de tâches noires. Sa pauvre table de nuit pourrait bientôt s'orner d'une douce photo d'eux deux, tenant ainsi compagnie à la solitude de sa triste lampe d'enfant. La photo était prise. Et elle était mentale.

La soirée reprit alors son cours entre deux thés brûlants. Une soirée qui leur était dédiée, à eux, le nouveau couple de Kiri. Entre rires et longues conversations, la nuit tomba définitivement sur le petit monde que formait cet appartement et Morphée put enfin attirer les deux jeunes gens dans ses bras. Mais Eros guettait.

Doucement, Reira et Wazzdaka furent attirés par le confortable lit de la jeune femme et s'y assirent pour une nouvelle discussion, passionnante et passionnée. Un nouveau câlin serra tendrement les deux êtres humains dans un délicieux amour. Amour tentateur. Les lèvres se cherchèrent une fois de plus, sans gêne et avec une ardeur intrigante. Les vestes des deux jeunes gens s'envolèrent rapidement. Ils avaient étonnement chaud. Les bras serrèrent une fois de plus les deux corps enlacés, les baisers commençaient timidement à dévier lorsque la jeune Reira se figea sur son lit.
Je m'étais figée. Je ne sais plus pourquoi exactement. Je ressentai alors de drôles de sensation. L'une en embrassant Wazzdaka, l'autre en réaction par rapport à elle. Comme une sensation de danger immédiat. J'en avais eu peur. Je ne sais pas trop ce que ça signifiait. "On" me prévenait que je ne devais pas continuer. Je répudiai ce "on". Il revenait à la charge, sans cesse. Il revint jusqu'à me faire vraiment peur, mon coeur s'accélérait de plus en plus et pour ne pas que Wazzdaka le remarque, je pris la parole.
- Euh... Et si on se couchait, dis ? , Proposai-je sans réelle conviction.

Et pourtant, nous finîmes par nous coucher, sagement dans mon/notre lit.

J'étais tout à coup gênée. Alors je l'embrassai timidement, lui souhaitai une bonne nuit et éteignai ensuite la lumière. En m'agitant entre les draps, je cherchai alors le sommeil, en vain. Je me retournai de l'autre côté et trouvai une position plus confortable lorsque ma main tomba sur une masse rebondie. J'en devinai aussitôt la nature et m'apprêtai à m'excuser quand je vis les deux yeux de Wazz briller dans le noir. Je m'assagis et m'approcha doucement de ses lèvres, demandant ainsi mon pardon. Cet accident se répéta étrangement plusieurs fois dans la nuit.
Ma nuit fut innocemment agitée.

Le lendemain vint chercher les deux amoureux au plus profond de leur sommeil. Ils se réveillèrent, heureux de vivre et déçus de voir ce si beau moment s'arrêter. Mais avec la conviction que cet épisode se répéterait souvent, ils s'embrassèrent et se séparèrent. Une convocation vint tous deux les chercher quelques heures plus tard. Reira était immédiatement mobilisée et ne pouvait plus revoir son cher Wazz avant quelques jours.
Ces quelques jours devinrent bientôt des années.

[HRP : RP d'avant la guerre terminé ! Si on pouvait avoir nos XPs, ce serait très gentil =D ! Et j'vous fais un gâteau ! ... Mais NON il sera très bon è_é.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Asuka
Civil
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 25
Clan : Asuka
Special : Capitaine de la Troisième Division

.::RPG::.
PV:
67/100  (67/100)
PC:
79/95  (79/95)
Exp:
71/100  (71/100)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 16 Juil - 18:09

OUH MAIS CH'EST TOUT MIGNON SA RACE !
Enfin bref, après de longues délibérations, après mûre réflexion, après avoir gravi des montagnes et des buissons ardents, Serpounet et moi-même avons décidé de vous accorder 6 XP pour ce RP détente.

Mido :Vous auriez au moins pu coucher ensemble avant la guerre bon sang ! Non mais j'vous jure ! Juste dodo quoi, ça craint du mouton là xD ! *sort*

Oro : Oro il ajoute qu'une abstinance pendant 6 ans ne serait pas possible pour un ninja normalement constitué, et que pour ça il a hésité à vous accorder des XP pour la cohérence de votre RP XD

_________________

Invité, j'vais t'corriger !
J'parle des fautes, hein...



Dernière édition par Midori Asuka le Jeu 16 Juil - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-naruto.forumactif.com/houmei-kongen-f83/fiche-tec
Reira Karuta
4ème Division - Lieutenant
4ème Division - Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 185
Age : 28
Special : Irou Justu Spécialiste/Medical-nin

.::RPG::.
PV:
66/80  (66/80)
PC:
25/75  (25/75)
Exp:
101/130  (101/130)

MessageSujet: Re: Appartement de Reira   Jeu 16 Juil - 19:52

Ptdr, vous m'avez bien fait rire tous les deux xD Et pour notre défense, on avait bien l'intention de faire plus mais on a été pris de court par la guerre : on avait pas envie de faire ça vite fait pour clôturer le topic, ça viendra après Twisted Evil...
A Oro, c'est clair mais comme ils l'ont jamais connu, ça peut être encore possible non =3 ? Plus sérieusement, ça n'aurait pas été crédible non plus de tout faire pour la première fois dès le premier jour, non Wink ? ... NON Oro, ne me dis pas "si" ! xD

Ps : Merciiii beaucoup à tous les deux !! Même si je me demande pourquoi vous l'avez lu à deux (quels courages combinés), mais ça m'arrange Razz. Micii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appartement de Reira   

Revenir en haut Aller en bas
 
Appartement de Reira
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planete Naruto :: Nouveau Monde ::  :: Pays de l'Eau :: Ruines de Kiri-
Sauter vers: